Afrique: Le partenariat pour l'Accélérateur ACT salue l'engagement pris en vue d'un don de 870 millions de doses de vaccins et appelle à en faire plus pour assurer l'accès équitable aux tests, aux traitements, aux EPI et aux vaccins partout dans le monde

Les dirigeants du G7 feront don de 870 millions de doses de vaccin pour les pays à revenu faible ou intermédiaire au cours des 12 mois à venir, ce qui est essentiel pour réduire la transmission du virus.

Les dirigeants du G7 soulignent l'importance de tous les outils de l'Accélérateur ACT pour mettre un terme à la pandémie.

Le déficit de financement de l'Accélérateur ACT reste important, et il est urgent de financer les tests, les traitements et les systèmes de santé pour mettre un terme à la pandémie partout.

Le Directeur général de l'OMS avertit que le fossé en matière d'égalité d'accès aux outils essentiels contre la COVID-19.

Le financement total engagé dans le partenariat pour l'Accélérateur ACT est toujours de 15,1 milliards de dollars des États-Unis (USD), tandis que le déficit dépasse les 16 milliards USD.

Lors de la clôture du sommet des dirigeants du G7 de cette année, le Premier Ministre britannique a annoncé que les participants donneraient, au cours des 12 mois à venir, 870 millions de doses de vaccins supplémentaires, dont la majorité par l'intermédiaire du Mécanisme COVAX, le volet Vaccins du Dispositif pour accélérer l'accès aux outils de lutte contre la COVID-19. Les Chefs des États Membres du G7 ont participé à ce sommet, auxquels étaient également invités les Chefs d'État de l'Afrique du Sud, de l'Australie, de l'Inde et de la République de Corée.

Les dirigeants ont confirmé qu'ils soutenaient tous les volets de l'Accélérateur ACT (traitements, tests, renforcement des systèmes de santé publique et vaccins) (lien vers le communiqué en anglais). En outre, ils ont manifesté leur intention de collaborer avec le secteur privé, le G20 et d'autres pays pour accroître leurs dons de vaccins au cours des mois à venir. Depuis le Sommet des dirigeants du G7 de février 2021, le G7 s'est engagé à donner un milliard de doses au total.

Il faut aller vite

Le Directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, s'adressant aux dirigeants lors du Sommet, a déclaré : « beaucoup autres pays sont maintenant confrontés à une augmentation du nombre de cas - et ils n'ont pas de vaccins. Nous faisons la course de notre vie, mais ce n'est pas une course équitable, et la plupart des pays viennent à peine de prendre le départ. Nous saluons les annonces concernant les dons de vaccins et remercions les dirigeants pour leur générosité. Mais nous devons en faire plus, et plus rapidement ».

Il faut encore plus de 16 milliards USD cette année pour financer intégralement les activités de l'Accélérateur ACT, le partenariat mondial des principales organisations internationales du domaine de la santé, qui dispose de la moitié du financement dont il a besoin pour 2020-2021. L'Accélérateur ACT doit financer ses activités essentielles pour la recherche-développement et les achats, mais aussi pour renforcer les systèmes de santé et protéger les soignants qui utilisent les outils nécessaires pour mettre fin à la pandémie ; qui administrent les tests pour détecter et circonscrire les points chauds, et pour identifier les nouveaux variants qui continueront d'apparaître ; et qui administrent des traitements pour sauver les personnes qui continueront de contracter la COVID-19 et de souffrir. Certains traitements sont nécessaires en urgence, comme l'oxygène pour lequel la demande a été multipliée par cinq - et par 10 en Inde - par rapport à la situation antérieure à la pandémie.

Le financement nécessaire pour l'Accélérateur ACT permettra de remédier aux difficultés liées à la livraison de produits là où ils sont le plus nécessaires, aidera à mettre à disposition des tests de dépistage pour 500 millions de personnes dans les pays à revenu faible ou intermédiaire d'ici à la mi‑2021 et contribuera à assurer l'approvisionnement en oxygène et à distribuer 165 millions de doses de traitements, y compris de la dexaméthasone, qui peuvent sauver les personnes atteintes de formes graves de COVID-19.

Carl Bildt, Envoyé spécial de l'OMS pour l'Accélérateur ACT, a déclaré : « Nous saluons les engagements pris, mais il reste un important déficit de financement, qui doit être comblé si nous voulons que les traitements et les tests dont nous avons besoin en urgence, dont l'oxygène et les tests, parviennent aux pays à revenu faible ou à revenu intermédiaire de la tranche inférieure afin que nous sachions exactement où se trouve le virus et comment il évolue. Il faut agir dès maintenant. Nous attendons du G7 et du G20 qu'ils financent les activités de l'Accélérateur ACT, le dispositif multilatéral mondial susceptible de mettre plus vite un terme à la pandémie. Le monde a besoin de leur leadership politique car, si on le laisse sévir n'importe où, le virus restera une menace partout. »

« Nous assistons à un moment important de solidarité mondiale et à un tournant décisif dans les démarches entreprises pour protéger les personnes les plus à risque, partout », a déclaré le Dr Seth Berkley, PDG de Gavi, l'Alliance du Vaccin (Gavi). « Alors que nous nous efforçons de mettre fin à la phase aiguë de la pandémie, nous souhaitons vivement collaborer avec les pays pour que les doses promises soient rapidement livrées », a-t-il ajouté.

Le Dr Philippe Duneton, Directeur exécutif d'UNITAID, a déclaré : « Ces engagements des dirigeants du G7 sont importants et bienvenus. Mais il ne faut surtout pas oublier qu'actuellement, des patients atteints de COVID-19 dans le monde meurent et souffrent faute d'oxygène, un médicament essentiel qui est indispensable au traitement de la COVID-19. J'exhorte les dirigeants du G7 à agir dès maintenant pour que tous les volets de l'Accélérateur ACT, y compris ceux concernant les traitements et les tests, soient intégralement financés. Comme l'ont montré les récents événements en Inde, au Népal et ailleurs, nous avons besoin de plus que de vaccins pour mettre fin à cette pandémie partout. »

Henrietta Fore, Directrice générale de l'UNICEF, a déclaré : « Les conséquences de la pandémie au cours de cette deuxième année sont déjà bien pire que pendant la première. Nous constatons que des flambées importantes et dévastatrices frappent partout dans le monde, y compris en Asie du Sud, en Afrique australe et en Amérique latine. Nous devons continuer à tirer la sonnette d'alarme. Plus le virus continue de se propager sans être maîtrisé, plus le risque d'émergence de variants mortels ou contagieux est élevé. La solution la plus évidente pour mettre un terme à cette pandémie est la distribution équitable, à l'échelle mondiale, de vaccins, d'outils de diagnostic et de traitements, ainsi que le renforcement général des systèmes de santé dans le monde entier, car personne ne sera en sécurité tant que nous ne le serons pas tous. »

La Dre Emma Hannay, Responsable de l'accès et de l'Accélérateur ACT pour FIND, a déclaré: « Nous remercions le G7 pour son leadership et ses efforts constants visant à garantir la recherche-développement et l'accès équitable aux tests de diagnostic, nécessaires à la fois pour lutter contre la COVID-19 et pour préparer le monde à se prémunir contre de futures pandémies. »

Le Dr Richard Hatchett, PDG de la CEPI, a déclaré: « Nous vivons un moment historique - alors que les dirigeants de certains des pays les plus riches se réunissent pour que toutes les régions du monde aient accès à des vaccins vitaux. Cette pandémie nous a montré que nous ne pouvons pas opposer les intérêts nationaux aux intérêts internationaux. Une maladie telle que la COVID-19 doit être maîtrisée partout. Il reste encore beaucoup à faire pour mettre les vaccins en circulation et pour que la recherche‑développement nous permette de garder une longueur d'avance sur le virus. Mais aujourd'hui, nous faisons une pause et nous célébrons un moment décisif d'accord politique et de collaboration. »

Peter Sands, Directeur exécutif du Fonds mondial, a déclaré : « Il est encourageant de constater une collaboration et des engagements d'une telle ampleur à l'échelle mondiale. Cependant, nous devons faire des efforts afin de mettre à disposition les outils vitaux pour lutter contre la COVID-19. Nous devons nous assurer que les systèmes de santé sont préparés et que les soignants en première ligne sont suffisamment protégés pour fournir ces outils sans risquer leur vie. Cela n'est possible que si l'Accélérateur ACT est intégralement financé. »

Note aux rédactions

Le Dispositif pour accélérer l'accès aux outils de lutte contre la COVID-19 (Accélérateur ACT) est une collaboration mondiale efficace et déjà opérationnelle, qui vise à accélérer la mise au point et la production de produits de diagnostic, de traitements et de vaccins contre la COVID-19 et à en assurer un accès équitable. Il a été créé à la suite d'un appel des dirigeants du G20 en mars puis lancé par l'OMS, la Commission européenne, la France et la Fondation Bill et Melinda Gates en avril 2020.

L'Accélérateur ACT n'est ni un organe décisionnaire ni une nouvelle organisation, mais il vise à accélérer les efforts de collaboration entre les organisations existantes pour mettre fin à la pandémie. Il offre un cadre de collaboration conçu pour réunir autour d'une même table les principaux acteurs, l'objectif étant d'en finir aussi rapidement que possible avec la pandémie en accélérant la mise au point de tests, de traitements et de vaccins, en veillant à leur juste répartition et en renforçant leur livraison, de façon à protéger les systèmes de santé et à redresser à brève échéance les sociétés et les économies. Il s'appuie sur l'expérience de grandes organisations mondiales du secteur de la santé qui s'attaquent aux enjeux sanitaires les plus difficiles au monde et qui, en travaillant ensemble, sont en mesure d'aboutir à de nouveaux résultats plus ambitieux contre la COVID-19. Ses membres s'engagent tous à veiller à ce que chacun ait accès à tous les outils nécessaires pour vaincre la COVID-19 et à travailler en partenariat comme jamais auparavant pour y parvenir.

L'Accélérateur ACT est organisé en quatre volets : les produits de diagnostic, les traitements, les vaccins et le renforcement du système de santé.

Le volet Produits de diagnostic, coorganisé par le Fonds mondial et FIND, vise à assurer un accès équitable aux tests nouveaux et existants, à soutenir leur adoption et leur déploiement par les pays et à élargir l'éventail de produits de diagnostic grâce à des investissements dans la recherche‑développement de tests peu coûteux, faciles à utiliser et de qualité. En 2021, il se concentre sur l'acquisition et la distribution d'au moins 900 millions de tests moléculaires et antigéniques rapides dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Le volet de travail traitements est dirigé par Unitaid et le Wellcome Trust. Les traitements peuvent jouer un rôle à tous les stades de la maladie : pour prévenir l'infection ; pour éliminer les symptômes et la propagation de l'infection à d'autres groupes ; pour traiter ou prévenir les symptômes ; pour sauver des vies en cas de symptômes graves ; et pour accélérer le rétablissement. Il a pour objectif d'élaborer, de fabriquer, d'acheter et de distribuer des millions de doses de traitements dans un délai de 12 mois, afin de contribuer au rétablissement des personnes atteintes de la COVID-19.

Le volet de travail vaccins, dirigé par la CEPI, l'Alliance GAVI, et l'OMS, œuvre à l'accélération des travaux de recherche en vue d'obtenir un vaccin efficace pour tous les pays. Parallèlement, il appuie le renforcement des capacités de production et achète des stocks afin que deux milliards de doses au moins puissent être distribuées équitablement aux populations les plus à risque et les plus fortement exposées dans le monde d'ici à la fin de l'année 2021.

Le volet de travail Connecteur des systèmes de santé, dirigé par la Banque mondiale et le Fonds mondial et l'OMS, œuvre à faire en sorte que les personnes qui en ont besoin puissent bénéficier de ces outils.

À cet égard, l'accès et l'allocation, dirigés par l'OMS, constituent un domaine d'activité transversal.

Depuis avril 2020, l'Accélérateur ACT apporte un soutien à l'effort mondial le plus rapide, le plus coordonné et le plus fructueux de l'histoire en vue de mettre au point et de déployer des outils pour combattre cette nouvelle maladie. Avec les progrès importants de la recherche-développement par les universités, le secteur privé et les initiatives gouvernementales, l'Accélérateur ACT nous permet de mieux comprendre ce qui fonctionne pour lutter contre la maladie. Il nous a permis de nous doter de nouveaux moyens de lutte contre la COVID-19 à l'échelle mondiale : des vaccins sont déployés dans le monde entier, des tests de diagnostic rapide antigénique performants et peu coûteux permettent désormais de détecter la transmission n'importe où, des thérapies abordables pour les cas graves permettent de sauver des vies dans n'importe quel contexte, et les systèmes de santé sont renforcés pour faciliter le déploiement de ces outils.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X