Afrique de l'Ouest: Sahel central - Le point zéro de la lutte contre le changement climatique par l'éducation

New York — La crise climatique amplifie les effets de l'instabilité et de la violence dans les pays les plus pauvres du monde. Ce phénomène n'est nulle part aussi visible que dans la région du Sahel central en Afrique, où l'augmentation de la température, les inondations, les sécheresses et d'autres catastrophes induites par le changement climatique déclenchent des conflits, des déplacements et poussent les filles et les garçons dans l'ombre.

Alors que les dirigeants du monde entier se réunissent pour célébrer la Semaine Africaine du Climat, dans la perspective des négociations sur le climat qui se tiendront cette année au Royaume-Uni, ils doivent considérer l'éducation - en particulier l'éducation des filles - comme une pierre angulaire pour tenir nos promesses de développement pacifique et à faible émission de carbone dans des régions comme le Sahel central.

Associée à d'autres actions, l'éducation des enfants et des jeunes pris dans des situations d'urgence induites par le changement climatique et des crises prolongées est essentielle pour réaliser les Objectifs de Développement Durable et atteindre les cibles définies dans l'Accord de Paris.

Les déplacements forcés mettent les enfants en danger

Le changement climatique n'est peut-être pas considéré comme un catalyseur direct des conflits, mais il en est souvent la cause profonde, entraînant des déplacements forcés, ou exacerbant la dynamique des conflits. Il est désormais clair que le changement climatique compromet la capacité des communautés vulnérables à jouir de leurs droits fondamentaux, tels que le droit fondamental à l'éducation, et donc à pouvoir faire face et s'adapter au mieux.

Les pluies et les inondations imprévisibles dans le Sahel central, qui se réchauffe plus vite que la moyenne mondiale, ont un impact considérable sur les populations et leur capacité à sauvegarder le droit à l'éducation, à construire la stabilité et à mettre fin aux cycles de violence et de pauvreté qui entravent gravement l'accès à une éducation inclusive de qualité. Les communautés et les nations en pâtissent pendant des décennies et le nombre d'enfants et d'adolescents non scolarisés ne cesse d'augmenter.

Selon de récents rapports des Nations unies, plus de 1,5 million de personnes ont été déracinées rien qu'au Burkina Faso, au Mali et au Niger, la plupart au cours des deux ou trois dernières années. Quelque 13 millions de personnes - dont 7 millions d'enfants - ont un besoin urgent d'éducation, de nourriture, d'eau, d'abri et de santé.

Cette urgence insuffisamment couverte et financée, alimentée par de multiples insurrections qui se chevauchent, a évolué rapidement pour des raisons complexes. Et les impacts de la pandémie de COVID-19, associés au changement climatique, mettent chaque jour encore plus de filles et de garçons en danger. Les filles sont particulièrement touchées, car elles sont les premières à supporter le poids des catastrophes climatiques qui entraînent la fermeture des écoles et tout accès à l'éducation.

La région du Sahel, en Afrique, est au cœur de l'accélération de la crise climatique et constitue "un canari dans la mine de charbon de notre planète en réchauffement", selon Mark Lowcock, Sous-secrétaire Général des Nations Unies aux Affaires Humanitaires, qui qualifie de "totalement inadéquat" le niveau de l'aide internationale destinée à aider ces pays à s'adapter au changement climatique.

Selon les chercheurs, les températures moyennes dans le Sahel ont augmenté d'un degré Celsius entre 1950 et 2010, tandis que les précipitations annuelles moyennes ont diminué de 4,1 cm, dépassant ainsi les tendances mondiales. D'ici aux années 2060, les températures devraient être supérieures de 1,2 à 3,6 degrés.

Une grave sécheresse a sévi dans les années 1970 et 1980 dans cette région. À l'avenir, la plupart des projections prévoient en fait une augmentation des précipitations. Si cela devrait être une bonne nouvelle pour les agriculteurs qui comptent sur les pluies pour arroser leurs cultures, ce n'est pas forcément le cas : les pluies seront différentes de celles d'avant et se produiront sous forme d'événements extrêmes, déclenchant des inondations, des glissements de terrain et d'autres catastrophes. Tous ces impacts climatiques s'ajoutent à la COVID-19, à la croissance démographique rapide, à la violence et à l'insécurité prolongées, à l'inégalité des sexes et à la pauvreté généralisée.

Le changement climatique est un multiplicateur de risques, en particulier pour les filles, les enfants handicapés et les autres groupes marginalisés. Les conflits liés à la rareté des ressources en eau et en terres déclenchent la violence, déplacent les communautés et poussent les mécanismes d'adaptation à leur point de rupture. Et quand les choses se brisent, les enfants et les jeunes sont ceux qui souffrent le plus. Un exemple nous vient du Nigeria, où une analyse récente indique que le changement climatique favorise le recrutement par les groupes armés.

Le changement est en marche. Les pays du Sahel central mobilisent des ressources pour lutter contre le changement climatique afin de réduire les conflits. Mais l'action climatique ne suffit pas. Nous devons faire le lien avec l'éducation et d'autres efforts de développement durable pour obtenir des résultats à long terme.

Action climatique et éducation des filles

Sans éducation, les enfants et les jeunes touchés par la crise - en particulier les filles - sont très exposés à l'exploitation sexuelle, au travail domestique, au mariage précoce, au travail des enfants, et les filles comme les garçons sont plus exposés au recrutement par les forces armées.

Les filles et les adolescentes des ménages vulnérables sont plus susceptibles de quitter l'école pour se marier en période de crise météorologique afin d'alléger le fardeau des maigres ressources du ménage. Les sécheresses qui ont sévi en Éthiopie en 2010-2011, par exemple, ont été suivies d'une augmentation du nombre de filles vendues en mariage en échange de bétail.

Selon l'ONU, les femmes et les filles représentent 80 % des réfugiés climatiques dans le monde. Mettant en garde contre les effets à long terme du changement climatique sur les migrations, la Banque Mondiale a estimé que, sans action concertée, plus de 140 millions de personnes pourraient être déplacées à l'intérieur de leur pays en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud et en Amérique latine d'ici 2050.

Le récent rapport du Fonds Malala, intitulé "Un avenir plus vert et plus juste : Pourquoi les dirigeants doivent investir dans le climat et l'éducation des filles", montre que les personnes déplacées à cause du climat sont en grande majorité des femmes et des pauvres, et estime que les événements liés au climat en 2021 empêcheront au moins 4 millions de filles des pays les plus pauvres de terminer leur scolarité. Si la tendance actuelle se poursuit, d'ici 2025, le changement climatique contribuera à empêcher au moins 12,5 millions de filles de terminer leur scolarité chaque année.

Les pays qui ont investi dans l'éducation des filles ont subi beaucoup moins de pertes dues aux sécheresses et aux inondations que les pays où le niveau d'éducation des filles est plus faible. Une étude de 2013 analysant les liens entre l'éducation des filles et la réduction des risques de catastrophe prévoyait que si 70 % des femmes âgées de 20 à 39 ans recevaient au moins un enseignement secondaire de premier cycle, les décès liés aux catastrophes dans 130 pays pourraient diminuer de 60 % d'ici 2050.

Relier les points

Au Burkina Faso, au Mali et au Niger, plus de 8 millions d'enfants âgés de 6 à 14 ans ne sont pas scolarisés, soit près de 55 % des enfants de cette tranche d'âge, a indiqué le Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires des Nations Unies fin 2020.

En réponse à cette crise croissante, Éducation Sans Délai (ÉSD) a annoncé de nouveaux programmes de résilience pluriannuels pour le Sahel en janvier 2021, en accordant des subventions d'investissement catalytiques de 33,3 millions de dollars US dans ces trois pays - dans le but de mobiliser 117 millions de dollars US supplémentaires en cofinancement auprès de partenaires nationaux et mondiaux, du secteur privé et de fondations philanthropiques. Les nouveaux programmes toucheront un premier groupe de 300 000 enfants et jeunes touchés par le changement climatique, les déplacements, les conflits et le COVID-19. Des investissements supplémentaires en Afrique - et dans le monde entier - relient les points entre l'éducation et l'action climatique, avec un accent particulier sur les filles et les adolescentes.

Appel à l'action

Nous ne pourrons pas offrir 12 ans d'éducation gratuite, sûre et de qualité à chaque fille sans une action en faveur du climat. Il est temps que les donateurs et les autres dirigeants mondiaux fassent le lien entre l'éducation et le changement climatique, non seulement en théorie mais aussi dans leurs décisions de financement et de programmation.

Comme l'a récemment déclaré le Fonds Malala : "Alors que les dirigeants se réunissent en 2021 pour faire face à la crise climatique lors de la 26e Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique (COP26) et d'autres événements, ils ne doivent pas négliger l'une des stratégies les plus puissantes et pourtant sous-utilisées dans la lutte contre le changement climatique : Offrir aux filles 12 ans d'éducation de qualité".

Une éducation de qualité signifie l'autonomisation des filles et des adolescentes, qui permettront un jour d'ouvrir la voie à la paix, à la sécurité et à la stabilité. Une éducation de qualité inclusive signifie résilience, action préventive et réduction des risques de catastrophes naturelles. Elle permet d'accéder à des revenus plus importants et de se préparer à faire face à de futures situations d'urgence. C'est une voie vers un avenir plus durable pour tous les enfants et les jeunes.

Et aujourd'hui, leurs besoins, leurs voix et leur appel au changement ne peuvent plus rester sans réponse. Il est temps de relier les points entre le changement climatique et l'éducation et de reconnaître la dure réalité de ce qui est à risque pour eux et pour les générations à venir.

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X