Afrique: #silencedutemps - En afrique le Covid ne tue pas que des corps

analyse

#SilenceDuTemps - Les contraintes et restrictions imposées à nos populations pour lutter contre la pandémie ne vont-elles pas, à la longue, provoquer la levée des derniers remparts qui protégeaient ce qui nous restait d'exception culturelle ?

- Les pythies du Nord avaient laissé entendre que « le virus chinois », comme l'avait baptisé le fantasque président Trump, ferait des ravages en Afrique. Il allait faire sur notre continent ce que Nicolas Sarkozy avait promis de faire dans la banlieue parisienne : il allait nous passer au karcher ! Jean Marie Le Pen a dû sauter de joie, à faire tomber son œil de verre, lui qui, il y a quelques années, avait placé tous ses espoirs sur « Mgr Ebola » pour « régler en trois mois » une de ses hantises : l'explosion démographique en Afrique qui, selon lui, alimente l'émigration vers l'Europe. Le fondateur du FN avait d'autant plus de motifs d'espérer que cette fois ce serait la bonne que, contrairement à Ebola, le Covid-19 ne se cantonnerait pas au Golfe de Guinée et dans la cuvette congolaise et surtout, qu'il y avait au moins quatre bonnes raisons pour que le continent africain ne résiste pas à sa marée !

-LA SANTE A GEOMETRIE VARIABLE-

La première raison est que sa prévention et son traitement allaient exiger des moyens qui n'étaient pas à la portée des chancelantes économies africaines : masques renouvelables, ventilateurs, respirateurs, concentrateurs et unités de production d'oxygène, équipements de protection des personnels de santé, tests, etc.

Les budgets des pays du continent, qui pour la plupart ne font pas de la santé une priorité nationale, ne feront pas le poids face au coût exorbitant de ces outils et installations que, par ailleurs, ils ne produisent pas. Force est de reconnaître que ces appréhensions étaient justifiées, du moins si l'on se réfère à l'enquête menée à l'institut marseillais du célèbre professeur Raoult selon laquelle une visite de patient aurait été facturée 1 264 euros (plus de 800.000 CFA), soit 3 800 euros pour les trois rendez-vous nécessaires pour effectuer la consultation, le bilan sanguin et l'électrocardiogramme !

Et encore, on est en France où la sécurité sociale prend en charge 80 % des frais, ce qui n'est le cas dans aucun pays africain... La deuxième raison pour laquelle, nous disait-on, le continent africain ne pourrait pas échapper au désastre, c'est que pour venir à bout d'un virus aussi inédit et sournois que le Covid-19, il faut de la discipline et un engagement citoyen, deux qualités que l'on ne reconnaît guère aux Africains. Sans compter, ajoutait-on, qu'ils sont encore, pour la plupart, sous l'emprise de l'ignorance et des pouvoirs occultes, et donc hostiles au progrès !

L'accusation était fondée puisqu'on a entendu un « communicateur social » sénégalais affirmer publiquement que la réputation de sainteté de nos guides religieux suffisait, à elle seule, pour nous protéger de la propagation du virus ! La troisième raison invoquée par les experts est que les économies africaines sont primaires, les entreprises africaines sont majoritairement informelles, elles ne sont donc pas adaptées au travail en ligne, qui est l'une des solutions retenues pour faire barrière à l'épidémie. Et d'ailleurs avec quel argent les États et les chefs d'entreprises africains payeraient-ils l'équipement nécessaire à cette délocalisation et le manque à gagner consécutif au confinement ou aux arrêts de travail ?

Enfin, et c'est une quatrième raison, les Africains n'ont aucune chance dans la course aux vaccins puisqu' ils n'ont ni laboratoires performants ni chercheurs motivés financièrement. Comme dans ce domaine, et dans bien d'autres, le dernier mot revient toujours aux payeurs, ils ne seront servis qu'en dernier lieu, peut-être trop tard, avec les restes laissés par les pays nantis, à condition que ceux-ci mettent fin à leurs propres querelles et aux coups fourrés qu'ils s'échangent. Ici encore le constat est amer puisque, plus d'un an après le déclenchement de la pandémie, le taux de vaccination, qui est de 67% en Israël et dépasse 50% au Royaume-Uni, était à moins de 3% dans tous les pays africains (à l'exception du Maroc) et que certains d'entre eux n'ont même pas encore commencé de véritable campagne de vaccination ! Mais un petit espoir nous viendrait-il de France ?

En effet, tout comme le président Sall avait menacé de rétrocéder à la Gambie les vaccins offerts au peuple sénégalais, le président Macron aurait annoncé que la France allait distribuer aux pays africains une partie de ses vaccins ... AstraZeneca, ceux dont ses compatriotes ne veulent plus et qui sont déjà proscrits chez certains de leurs voisins. La générosité a tout de même des limites ! Nous ne sommes pas donc au bout du long tunnel du Covid, mais, le malheur étant un grand maître, la pandémie nous a au moins appris que si nous vivons dans le même village planétaire interconnecté, nous vivons aussi dans un monde où l'état sanitaire reste plus que jamais à géométrie variable...

NOUS RELEVERONS-NOUS CULTURELLEMENT DU COVID ?-

Pourtant, tout ne s'est pas déroulé conformément au scénario qui nous avait été annoncé. Que s'est-il donc passé ? Est-ce, pour une fois, notre dynamisme démographique qui nous a sauvés du désastre ? Est-ce nous qui, grâce à nos anticorps, avons su résister au virus ? Est-ce lui qui, considérant qu'à « vaincre sans péril on triomphe sans gloire », a préféré s'attaquer prioritairement aux plus forts ? En tout cas les chiffres sont là et ils sont édifiants. L'Afrique (1,2 milliard d'habitants soit presque le cinquième de la population mondiale) ne compte encore qu'environ 3% des malades et 3% des décès dus au Covid dans le monde, et encore un tiers des cas répertoriés sur le continent vient d'un seul et même pays. Le virus a fait cinq fois plus de morts sur le territoire des Etats-Unis que sur l'ensemble de l'Afrique, pourtant quatre fois plus peuplée ! On nous objectera que nos chiffres manquent de fiabilité, ce qui est souvent vrai. Mais si la maladie avait pris des proportions comparables à celles qui ont été observées en Inde ou au Brésil, qui ne sont pas non plus des modèles en matière de statistiques médicales, cela se saurait et se verrait par les médias. Mais ce seul constat statistique ne nous autorise pas à pavoiser et nous savons que nous ne sortirons pas indemnes de cette pandémie. Car si dans les démocraties du Nord les mesures prises pour limiter sa propagation ont alimenté un vif débat sur la restriction des libertés individuelles qu'elles impliquent, provisoire, mais insupportable déjà pour certains, chez nous il y a une autre source d'inquiétude.

Les contraintes et restrictions imposées à nos populations pour lutter contre la pandémie ne vont-elles pas, à la longue, créer de nouvelles habitudes, provoquer la levée, sans doute définitive, des derniers remparts qui protégeaient ce qui nous restait d'exception culturelle ? La pandémie a certes tué, relativement, peu de personnes en Afrique, mais elle est en train de ruiner les fondements mêmes de notre mode de vie séculaire. Les seules armes qui étaient à notre disposition pour la combattre étaient des armes uniquement préventives qui nous imposent des usages qui blessent notre commun vouloir de vie commune, tout particulièrement dans nos vieilles sociétés soudano-sahéliennes. Il y a d'abord ce masque qui est la barrière privilégiée dans la lutte contre la contagion, ce morceau d'étoffe qui cache ce que nous montrons avec le plus de plaisir, notre sourire, et qui ne s'accorde ni à nos costumes ni à notre climat. Ce n'est pas que nos sociétés aient ignoré son usage, mais dans nos traditions ancestrales, un masque ne se portait jamais seul, il va avec sa tenue.

Et puis, qu'il soit en bois, en tissu ou en cuir, il n'est pas seulement un objet fait pour l'œil et que l'on adapte à son goût, c'est un instrument idéologique, une œuvre vivante ! Le masque anti-Covid ne parle pas à notre culture, et il n'est donc pas étonnant que son port soit ignoré, voire raillé, dans nos campagnes ou à l'intérieur de nos foyers, et que dans les villes on le porte comme un bavoir. Mais le plus grave est ailleurs et au-delà de cet artifice, c'est toute notre conception de l'art de vivre qui est mise à mal par la lutte contre le Covid. Jusqu'à ce que l'explosion urbaine ne nous contraigne à des économies d'espace, nous avions préféré vivre dans de vastes concessions où se côtoient plusieurs générations et plusieurs ménages. C'est encore le cas dans le pays profond où vivre à six est un sort fort peu enviable...

La seule existence d'un « établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes» (Ehpad) nous révolte et nous scandalise car, pour nous, la famille c'est le contrat d'assurance pour une vieillesse sereine. De toute façon la place des vieux n'est pas à côté de ceux qui achèvent leur existence, mais auprès de ceux qui sont appelés à affronter les périls de la vie. Nous aimons les agapes, les repas en commun où chacun glisse son bras pour accéder au plat, jeunes et vieux réunis, au point qu'un de nos proverbes dit que l'enfant aux mains propres c'est celui qui accepte d'être le commensal des anciens et qui peut ainsi nourrir sa tête en même temps qu'il nourrit son ventre. Nous aimons nous serrer la main, geste nécessaire qui n'est pourtant que le préambule ou la consécration du long rituel de nos salutations. Nous aimons frotter nos mains contre celles des autres, effacer les barrières ou marquer la déférence, au point que celui qui ne se plie pas à cet exercice, dans la rue ou sur les lieux de travail, même face à des inconnus, passe aux yeux de tous pour un goujat qui manque d'éducation. Nos cérémonies de baptême, de mariage, nos dévotions et nos funérailles ne peuvent se faire que dans la cohue, ce sont des occasions de retrouvailles presque toujours joyeuses et de partage. Une cérémonie « dans l'intimité » n'est-elle pas suspecte par nature ?

L'affluence est en effet la jauge de la considération témoignée à ceux qui reçoivent ou de l'urbanité, voire de la sainteté, de celui qui quitte le monde des vivants. Nous avons rarement besoin de la science d'un psychologue pour apprivoiser nos traumatismes, parce que, pour nous, l'homme est le remède de l'homme et qu'il n'y a pas de malheur individuel. Comment pouvons-nous nous, de bonne grâce, nous plier aux règles qu'impose la lutte contre le Covid quand toutes ces marques, ces postures, nous sont interdites, rationnées ou suspendues ? «Confiné », quel mot affreux, quand chez nous, seules les veuves sont soumises au confinement !

Rester chez soi, ne pas en bouger, alors qu'on est tenu de rendre des visites aux aînés, ne recevoir personne, alors qu'on a la mission d'accueillir et d'instruire les plus jeunes ! Manquer à un devoir aussi élémentaire que celui d'aller partager les joies et les peines d'un parent ou d'un voisin ! Ne pas s'asseoir, ne pas manger côte à côte et s'isoler chacun dans son coin, comme si on était fâché l'un contre l'autre ! Rien n'est plus contraire à notre mode de vie que « la distanciation sociale », nous qui considérons que l'homme seul est forcément un homme malheureux et que celui qui s'isole est, qu'il le reconnaisse ou non, un schismatique ! !

Le Covid ne nous a pas exterminés physiquement, comme certains l'avaient prophétisé, mais il pourrait asséner à nos cultures un rude coup de poignard. C'est une menace d'incendie de ce qui faisait notre vraie force, notre sens de la cohésion familiale et de la solidarité communautaire. De ce qui expliquait que, malgré notre dénuement, nous suscitions quelquefois l'envie de sociétés qui ont acquis l'abondance, mais n'arrivent pas à cacher leur insatisfaction. Cette pandémie, dont on ne voit toujours pas le terme, risque de nous précipiter, inexorablement et définitivement, dans l'ère de l'individualisme et de l'indifférence vis-à-vis de nos prochains, et les questions que nous devrions désormais nous poser sont celles-ci : «Nous relèverons-nous, culturellement, du Covid ? Est-ce que notre combat contre lui et les concessions que nous avons dû faire lors de son passage laisseront des traces ? Dans quel état d'esprit serons-nous, le jour, imprévisibles, où nous ne serons plus sous sa menace ? »

Cet article est publié dans le cadre du projet d'écriture collective #SilenceDuTemps de SenePlus.com en collaboration avec Sud Quotidien.

* Fadel Dia est un écrivain. Il a publié plusieurs essais et romans. Historien et géographe de formation, il est un ancien professeur à l'École Normale Supérieure de Dakar et ancien Secrétaire général de la Conférence des ministres de l'Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (Confemen)

Plus de: Sud Quotidien

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X