Afrique: Nouveaux appels en faveur de la reconstruction d'un monde meilleur à l'ouverture de la première session en ligne de la Conférence de la FAO

communiqué de presse

Les Membres de la FAO doivent approuver le nouveau Cadre stratégique pour la décennie à venir

Rome, le 14 juin 2021 - Dans leur déclaration à l'occasion du lancement aujourd'hui de la quarante-deuxième session de la Conférence de la FAO, le Directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu, le Président italien, M. Sergio Mattarella, le pape François ainsi que d'autres orateurs ont plaidé avec ardeur en faveur d'actions concrètes, de solutions innovantes et d'un engagement continu en vue d'édifier un monde meilleur et plus respectueux de l'environnement, qui soit fondé sur des systèmes agroalimentaires efficaces, résilients, inclusifs et durables, de nature à assurer l'accès de tous à une alimentation saine et abordable et aptes à résister aux nouvelles crises qui se présenteront à l'avenir.

La Conférence de la FAO, qui se tient tous les deux ans, est l'organe directeur suprême de l'Organisation. Elle définit les politiques générales de la FAO, approuve le budget et formule des recommandations aux Membres sur les questions liées à l'alimentation et à l'agriculture.

Pour la toute première fois de son histoire, la Conférence de la FAO se tient en ligne, et plus de 1 300 personnes du monde entier, dont 119 ministres et vice-ministres - un chiffre record de participation - ont assisté à sa séance d'ouverture.

Répercussions de la covid-19 et appel à la promotion d'une culture fondée sur l'attention aux autres

Le Président italien, M. Sergio Mattarella, et le pape François ont chacun prononcé une allocution pour lancer la Conférence.

M. Mattarella a mis l'accent sur les répercussions de la covid-19 sur les systèmes agroalimentaires et a exhorté à concrétiser les objectifs de développement durable (ODD) avec une détermination renouvelée, à lutter contre l'insécurité alimentaire croissante et à progresser sur la voie du développement durable avec en ligne de mire l'ODD 2 «Faim zéro». Il a insisté sur la contribution que l'Italie apportait aux efforts de redressement après la pandémie de covid-19 et à la transformation des systèmes agroalimentaires dans le cadre de sa présidence actuelle du G20. Il a également fait référence à l'appui que son pays prêtait à la Coalition en faveur de l'alimentation et à la manifestation préalable au Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, qui se tiendra à Rome le mois prochain, ainsi qu'à titre de coprésident de la vingt-sixième Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26).

L'Observateur permanent du Saint-Siège auprès de la FAO, Monseigneur Fernando Chica Arellano, a prononcé le message du pape François, dans lequel il a plaidé en faveur d'une culture fondée sur l'attention aux autres, de la paix et du rejet du virus de l'indifférence. Le pape François a souligné qu'il était nécessaire de développer une économie circulaire garantissant à chacun des ressources, d'adopter des politiques permettant de s'attaquer aux causes structurelles de l'aggravation de la faim, de promouvoir une agriculture durable et diversifiée, de tirer pleinement parti de l'innovation et de soutenir les petits exploitants agricoles. Il a souligné l'importance particulière que revêtent, dans le contexte actuel, les activités menées par la FAO pour faire face à l'insécurité alimentaire et à la malnutrition.

Dans sa déclaration au cours de laquelle il s'est attaché à situer le cadre dans lequel s'inscrit la Conférence qui se tiendra toute la semaine, le Directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu, a exposé brièvement les problèmes auxquels le monde se heurte aujourd'hui, en particulier les répercussions de la covid-19, l'aggravation de la faim et de l'insécurité alimentaire aiguë mais aussi de la malnutrition, l'alimentation saine devenue inabordable, les inégalités et la pauvreté endémiques ou encore la fragilisation de l'environnement.

«Plus d'un an après le début de la pandémie, nous constatons l'ampleur de ses conséquences à long terme sur les systèmes agroalimentaires et sommes témoins de la dégradation de la situation en matière de sécurité alimentaire et de nutrition qu'elle a entraînée dans le monde entier, en particulier dans les pays en proie à une crise alimentaire», a-t-il indiqué.

«Les étapes que nous devons franchir d'ici à 2030 nous imposent d'adopter un angle d'approche fondé sur les systèmes agroalimentaires pour relever les défis qui nous attendent, et d'agir de manière globale», a souligné M. Qu.

À cette fin, le Directeur général a mis l'accent sur la science, les innovations et les applications numériques en les qualifiant d'éléments fondateurs pour l'avenir de l'agriculture.

La science, l'innovation et une FAO numérique

Précisant que la FAO était déjà sur la bonne voie pour concrétiser cette ambition, M. Qu a ensuite mis en avant les principales initiatives numériques et novatrices déployées par l'organisme du système des Nations Unies dans le domaine de l'alimentation et de l'agriculture:

L'Initiative Main dans la main, qui est un mécanisme en plein essor permettant de réunir différents acteurs pour aider les pays et les populations les plus défavorisés à éradiquer la pauvreté, à éliminer la faim et la malnutrition et à réduire les inégalités. Trente-neuf Membres de la FAO s'y sont ralliés jusqu'à présent.

La Plateforme géospatiale de l'Initiative Main dans la main, qui offre des moyens perfectionnés de modélisation géospatiale et des capacités d'analyse des mégadonnées. Elle compte plus de 38000utilisateurs provenant de presque tous les pays Membres de la FAO.

L'Initiative 1000villages numériques, qui privilégie les technologies numériques pour améliorer la production et la gestion des processus agricoles. Cette initiative comprend les composantes suivantes: l'«agriculture numérique» visant à améliorer la productivité grâce aux technologies de l'information et des communications (TIC) et à des solutions numériques pertinentes; les «services agricoles numériques» visant à améliorer au profit des agriculteurs l'accessibilité des services sociaux et économiques; les services numériques à l'appui de la «transformation rurale»» qui ont pour objet d'améliorer la prestation des services publics dans les domaines de la santé, de l'éducation, de l'emploi, de la protection sociale, de l'écotourisme et de l'agrotourisme.

Comme l'a fait observer le Directeur général, la FAO garde également une bonne longueur d'avance par rapport à d'autres organismes du système des Nations Unies dans la transformation globale de l'Organisation vers le tout numérique.

Il a illustré son intervention à l'aide de diapositives sur les défis propres à l'alimentation et à l'agriculture et les solutions possibles. Disponible dans les six langues officielles de la FAO, cette présentation était un nouvel exemple des modalités de travail inédites et novatrices adoptées par l'Organisation.

Le nouveau visage de la FAO

Cette Conférence est la première de M. Qu en tant que Directeur général, car il a été élu à la précédente édition il y a deux ans. Dans son allocution, il a évoqué les transformations qu'il a mises en place à la FAO depuis sa prise de fonctions.

«Depuis mon premier jour en tant que Directeur général, je m'emploie sans relâche à bâtir une culture organisationnelle et une gouvernance interne de toute première qualité», a déclaré M. Qu.

À cet effet, au cours des 22 derniers mois, «la FAO a entamé la transformation la plus profonde qu'elle ait jamais connue depuis sa création. Nous avons mis en place une structure modulaire et souple favorisant une collaboration intersectorielle optimale. Cette approche qui est conforme aux priorités des Membres permet de s'adapter au mieux aux besoins qui se font jour», a fait remarquer le Directeur général.

«C'est sous ce nouveau visage que la FAO vous accueille aujourd'hui », a ajouté M. Qu.

La nouvelle FAO possède une structure cohérente et horizontale qui lui permet d'assumer la responsabilité de ses engagements avec une efficacité et une efficience accrues. Agile, inclusive et innovante, l'Organisation est attachée à mieux servir ses Membres et, forte de sa position mondialement reconnue en matière de connaissances et d'expertise, elle élargit ses collaborations avec des partenaires dans le monde entier.

Le Cadre stratégique 2022-2031 de la FAO

À l'occasion de la Conférence de cette année, les Membres de la FAO adopteront le Cadre stratégique 2022-2031, qui orientera l'action de l'Organisation au long des 10 prochaines années. Ce Cadre est l'aboutissement d'efforts intenses sans précédent, incluant des consultations avec les Membres de la FAO et d'autres partenaires essentiels, et est le fruit d'un processus interne intensif tirant parti de l'étendue et de la diversité des connaissances et des compétences de l'Organisation.

«Nous avons lancé un exercice de prospective visant à explorer davantage les enjeux et les possibilités au niveau mondial», a ajouté M. Qu. «L'approche qui a été suivie, à la fois ascendante et descendante, a permis de tenir compte des besoins des Membres et du mandat mondial et des atouts normatifs de la FAO. L'Organisation peut ainsi appuyer de manière optimale la transformation des systèmes agroalimentaires au niveau national.»

Le Cadre a pour ambition d'appuyer la réalisation du Programme de développement durable à l'horizon 2030 par une transformation des systèmes agroalimentaires destinée à rendre ceux-ci plus efficaces, plus inclusifs, plus résilients et plus durables, en vue d'améliorer la production, la nutrition, l'environnement et les conditions de vie, en ne laissant personne de côté. Les «quatre améliorations» représentent un principe directeur sur lequel la FAO s'appuie pour contribuer aux objectifs de développement durable (ODD), en particulier l'ODD 1 (pas de pauvreté), l'ODD 2 (Faim «zéro») et l'ODD 10 (inégalités réduites).

«Le Cadre stratégique met l'accent sur le rôle d'intermédiaire et de facilitateur de la FAO. Il nous encourage à être plus innovants, plus audacieux et plus ouverts», a déclaré le Directeur général de la FAO, soulignant qu'aucun Membre ni aucune organisation ne pouvait relever seul les défis d'ampleur mondiale liés à l'alimentation et à l'agriculture.

«Ce n'est qu'ensemble que nous réussirons à inverser la tendance et que nous parviendrons à construire un avenir durable et équitable pour tous et à éliminer la faim», a conclu M. Qu.

Outre l'adoption du Cadre stratégique, les Membres de la FAO doivent aussi approuver

le Programme de travail et budget 2022-2023 et le Plan à moyen terme 2022-2025. Ces trois documents se fondent sur les modifications de l'organigramme et des modalités de gestion qui ont été instaurées pour faire de la FAO une organisation plus modulaire, plus souple et plus agile, et leur sont complémentaires.

La Conférence est présidée par M. Michał Kurtyka, Ministre polonais du climat et de l'environnement.

M. Khalid Mehboob, Président indépendant du Conseil sortant, a également participé à la séance d'ouverture de la Conférence. Rappelant ses 52 années passées au service de l'Organisation, il a déclaré que cela avait été un honneur et un privilège de travailler avec la FAO.

Dans son discours prononcé à la mémoire de Frank Lidgett McDougall dans le cadre de la Conférence aujourd'hui, M. Bill Gates a insisté sur le rôle de l'innovation dans la lutte contre le changement climatique et la faim.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X