Ile Maurice: Manifestation à Port-Mathurin - Les Rodriguais bloqués à Maurice toujours dans l'incertitude

Leur calvaire n'est pas terminé. Ils sont 226 Rodriguais toujours bloqués à Maurice alors que le gouvernement régional ne communique plus avec eux. En tout cas, c'est l'explication de Christian Léopold, qui était l'un des 443 natifs de cette île contraints de rester à Maurice depuis le 6 mars. Rentré à Rodrigues, il milite désormais au sein du groupe Soldats 2021 pour que ces concitoyens puissent se retrouver avec leur famille dans leur île. D'ailleurs, les membres du groupe organisent une marche ce samedi à Port-Mathurin pour que ceux à Maurice trouvent enfin la lumière au bout du tunnel.

Ces 226 Rodriguais sont toujours dans l'incertitude. Ils devaient entrer en quarantaine pour pouvoir retrouver leur famille, mais il n'y a aucune communication du gouvernement de Rodrigues. Un groupe est rentré chez lui le 4 juin, puis plus rien. Nous avons contacté le commissaire de la Santé, Simon-Pierre Roussety, pour connaître le sort de ceux bloqués à Maurice et lui parler des déclarations de Christian Léopold, il a répondu ceci avant de raccrocher. «Je n'ai rien à vous dire.»

D'ailleurs, c'est ce que les membres de Soldats 2021 reprochent aux autorités qui ont fait une conférence de presse à Rodrigues, hier. «Si le gouvernement ne peut pas faire rentrer les Rodriguais aujourd'hui ou la semaine prochaine, au moins qu'il communique avec eux pour leur dire quand ils seront chez eux. Il faut les rassurer. J'ai vécu cette angoisse. Je sais combien ce manque de communication est insupportable. Vous avez aussi des enfants. Vous êtes parents. Qu'auriez-vous fait si vous étiez à la place de ces mères et pères de famille ?» a déclaré Marcelino Agathe, qui a eu la chance de rentrer chez lui.

Deux femmes, membres du groupe, ont raconté leur vécu à Maurice loin de leurs enfants. Jocelyne Legentil et Anabelle Levêque ont expliqué comment elles ont failli craquer psychologiquement et mentalement. «Si pa ti for, lavenn kapav kasé dans latet», déclarent-elles. Christian Léopold demande aux autorités d'avoir de la compassion pour ceux bloqués à Maurice. «Le gouvernement a dit qu'il a l'argent pour les rapatrier. Qu'attend-il ? Il y a des personnes qui attendent depuis le 6 mars. Les Mauriciens bloqués à Rodrigues ont pu rentrer chez eux à cause de leur travail et de leur famille, mais les Rodriguais eux, n'ont pas de famille et de travail ? C'est un manque de respect. C'est impardonnable», s'insurge Christian Léopold qui affirme que s'il devait poursuivre l'État, il estime les dommages à Rs 50 millions.

Y a-t-il eu du favoritisme dans la liste des départs ?

Plusieurs Rodriguais qui sont toujours à Maurice affirment que le gouvernement régional a favorisé les proches de son parti pour rentrer à Rodrigues. Le comité exécutif de Rodrigues avait décidé que priorité serait accordée aux fonctionnaires et qu'ensuite, il se baserait sur la date de retour des voyageurs et ceux ayant un billet de retour pour les faire rentrer. Or, un document officiel a atterri à la rédaction de «l'express» dans lequel, selon une source, quatre personnes ont pu rentrer à Rodrigues à bord du vol MK 130 du 4 juin alors qu'elles avaient un billet ouvert. Nous voulions justement poser la question à Simon-Pierre Roussety. De plus, nous apprenons qu'une personne a saisi l'Equal Opportunities Commission pour enquêter sur des cas de discrimination.

Plus de: L'Express

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X