Sénégal: Administrateurs de parti - À la rencontre des surveillants de l'orthodoxie idéologique

16 Juin 2021

Les Administrateurs des partis politiques sont les garants de l'orthodoxie idéologique. Ils sont chargés de veiller à l'application, dans toute sa rigueur, des textes des partis. Pourtant ces surveillants particuliers sont peu connus, en dépit de la centralité de leur rôle pour un bon fonctionnement des formations politiques.

Rappelé à Dieu samedi dernier, Abdoulaye Faye a été pendant longtemps Administrateur du Parti démocratique sénégalais (Pds). L'homme qui faisait partie des plus fidèles compagnons du fondateur du Pds, Me Abdoulaye Wade, était à la fois effacé, mais respecté par ses frères de parti. « Abdoulaye Faye est une icône qui a participé à la formation des cadres libéraux. Il est très rigoureux et connaît très bien les textes du Pds. Il était toujours au service du dialogue au sein de sa formation politique », témoigne Albert Waly Ndong, responsable de la Coordination du Pds dans la région de Fatick, Secrétaire général national chargé de l'artisanat et de l'administration du parti.

Au-delà d'Abdoulaye Faye, le rôle et la fonction d'un Administrateur, malgré la centralité de son travail pour un bon fonctionnement du parti politique, est peu connu. Certaines formations ont des Administrateurs ou des Secrétaires administratifs. En revanche, pour d'autres, ce sont les Secrétaires permanents qui assurent cette tâche. Et d'un parti à un autre, le profil des préposés à ce travail capital peut différer. En plus des qualités susmentionnées, Abdoulaye Faye a été Inspecteur de l'éducation et de la formation.

Adjoint d'Abdoulaye Diack au poste de Secrétaire nationale à l'administration et aux finances du Parti socialiste (Ps) de 1996 à 2000, Mame Bounama Sall, Administrateur civil de formation, assure pleinement les responsabilités de ce poste depuis lors. C'est dire que ce responsable socialiste de Tivaouane connait bien l'administration et le Ps.

Mémoire des partis

Au Pds, explique Albert Waly Ndong, le travail du Secrétaire permanent consiste à « écouter tout le monde, recevoir tous les messages, agencer tous les documents, à savoir les notes administratives émanant du Secrétaire général national, de la direction du parti ou des sections et autres fédérations ». Il reçoit, en outre, les militants qui viennent à la permanence pour s'informer ou se documenter. Selon M. Ndong, « son rôle aussi consiste à gérer toute l'administration à la permanence, à savoir le patrimoine immobilier, le parc automobile et le personnel de la permanence ». En outre, il est destinataire ou ampliataire de toutes les notes administratives concernant le fonctionnement du parti. En cas de problème au sein de la formation politique ou de décision à prendre, c'est naturellement vers lui que se tourne le Secrétaire général avant de penser à la Commission de discipline et des contentieux. C'est une sorte de courroie de transmission entre la base et le sommet.

Dans l'organigramme du Ps, le Secrétaire général est assisté de plusieurs Secrétaires dont celui chargé de l'administration et des finances. Ce dernier, précise Mame Bounama Sall, gère les activités administratives du parti, y compris l'administration des Unions régionales, les Coordinations départementales et communales, etc. Il y a, en plus, les différents mouvements affiliés dont celui des jeunes, des cadres, des universitaires et des femmes. « À la fin des opérations de renouvellement, tous ces dossiers qui concernent l'administration du parti au sein des différentes régions sont centralisés au niveau du Secrétariat national à l'administration et aux finances qui est assisté par le Secrétaire permanent dans la gestion des différentes structures du parti », confie M. Sall. Le Secrétariat administratif, poursuit-il, c'est un peu la mémoire du parti ; il est chargé d'appliquer, dans toute leur rigueur, les textes fondamentaux d'une formation politique. Ainsi, précise-t-il, à la fin de chaque congrès, il est chargé de revisiter les textes et de les remettre à jour, en collaboration avec les différents Secrétariats et Commissions. Il est aussi chargé de veiller à l'administration du parti et, à ce titre, centralise toutes les nouvelles décisions et les transmet à qui de droit.

Pas de pouvoir de sanction

Au Ps, soutient Mame Bounama Sall, le Secrétaire chargé de l'administration n'a pas de pouvoir de sanction. Toutefois, en se basant sur les textes du parti, il peut en proposer à la Commission de discipline et des contentieux. « Il fait appliquer les textes, le règlement intérieur, en imposant surtout la discipline de parti », souligne-t-il. Au Pds, soutient M. Ndong, « en terme de sanction, s'il y a un écart par rapport aux principes directeurs ; le chargé de l'administration peut convoquer le Conseil de discipline ou les sages du parti. Ainsi, souligne-t-il, il pourra être entendu par ces corps.

Plus de: Le Soleil

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X