Madagascar: Changement climatique - Participation de Madagascar à une conférence de haut niveau

La DG du FMI, Kristalina Georgieva et le ministre malgache de l'Economie et des Finances, parmi les panélistes de la conférence internationale de haut niveau sur le changement climatique.

Confiance. Les relations de Madagascar avec les bailleurs de fonds se poursuivent dans de meilleures conditions, comme en témoigne la participation du pays à une conférence virtuelle de haut niveau sur les catastrophes naturelles et le changement climatique, organisée hier par le FMI.

A l'honneur. Mieux, la Grande Île était à l'honneur puisque le ministre de l'Economie et des Finances, Richard Randriamandrato, figurait parmi les panélistes aux côtés de la Directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, et de la Première Ministre de la Barbade Mia Mottley. Une rencontre d'une très haute importance quand on sait que Madagascar, en raison de sa situation géographique et de sa topographie, est l'un des pays les plus vulnérables au monde au choc climatique et aux catastrophes naturelles. Pratiquement chaque année, les graves catastrophes comme les cyclones engendrent d'importants dégâts matériels et humains. Raison pour laquelle d'ailleurs, la communauté des bailleurs de fonds intervient toujours pour appuyer le pays dans la lutte contre les effets néfastes des inondations par exemple. En tout cas, la participation de Madagascar à cette conférence a permis, une fois de plus, de renforcer les relations avec les bailleurs dont, en premier lieu, le FMI.

Confiance. Le Fonds Monétaire International qui, rappelons-le, a confirmé sa confiance à travers le nouveau cadre de coopération sur la Facilité Élargie de Crédit. Et son appui aura son pesant d'or car le patron des bailleurs est appelé à aider Madagascar en intégrant la modélisation du changement climatique dans l'évaluation des risques budgétaires, et évaluer les ressources nécessaires pour les plans d'atténuation. On rappelle que Madagascar dispose d'une Stratégie Nationale de Gestion des Risques et des Catastrophes (SNGR) dont l'objectif est de renforcer la résilience aux effets des catastrophes naturelles. En tout cas, cette participation du ministre de l'Economie et des Finances à la conférence virtuelle sur les catastrophes naturelles et le changement climatique, revêt une importance particulière quand on sait que sous l'impulsion du FMI, les bailleurs de fonds envisagent de mettre en place un important programme mondial de financements se chiffrant à des centaines de milliards de dollars. La Grande Île aura évidemment sa part.

Plus de: Midi Madagasikara

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X