Gabon: Le Gabon apporte son "plein soutien" à l'initiative d'autonomie comme solution de compromis

New York — Le Gabon a exprimé, devant le Comité des 24 des Nations-Unies, "son plein soutien" à l'initiative d'autonomie présentée par le Maroc comme solution de compromis à la question du Sahara marocain, soulignant que cette approche est en conformité avec le droit international, la Charte des Nations-Unies et les résolutions successives adoptées en la matière par le Conseil de sécurité et l'Assemblée générale depuis 2007.

A cet effet, "nous renouvelons notre indéfectible soutien au processus politique mené sous l'égide du Secrétaire général des Nations-Unies en vue de parvenir à une solution réaliste, pragmatique et durable au différend régional sur le Sahara marocain, conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité", a déclaré l'ambassadeur Représentant permanent adjoint du Gabon à l'ONU, Franklin Joachim Makanga.

Le Gabon se félicite aussi du processus des tables rondes, avec la participation du Maroc, de l'Algérie, de la Mauritanie et du "polisario", en phase notamment avec la résolution 2548 du Conseil de sécurité d'octobre 2020, a ajouté le diplomate gabonais, tout en appelant le prochain Envoyé personnel du Secrétaire général à s'inscrire dans le prolongement des discussions entamées par son prédécesseur, M. Horst Kohler.

M. Makanga a en outre mis l'accent sur la nécessité de parvenir à une solution politique à ce différend et à une coopération plus forte et plus dynamique entre les États membres de l'Union du Maghreb arabe. Une telle démarche, a-t-il dit, contribuerait à la stabilité et à la sécurité dans l'ensemble de la région du Sahel.

«De même, le nouveau Modèle de développement socio-économique du Sahara marocain impulsé par le Maroc depuis 2015, recueille notre pleine adhésion», a fait savoir le diplomate gabonais, précisant que c'est fort de ces progrès significatifs que le Gabon, au même titre que d'autres pays, a ouvert un consulat général au Sahara marocain.

M. Makanga a aussi fait part des avancées notables enregistrées par le Maroc dans le domaine des droits de l'Homme, comme cela a été relevé par le Conseil de sécurité dans la résolution 2548.

"Il est tout aussi important de relever le strict respect par le Maroc du cessez-le-feu au Sahara, ainsi que son initiative de paix du 13 novembre 2020 visant à assurer la libre circulation dans le passage de Guergarate», a-t-il ajouté, avant d'exprimer la préoccupation du Gabon par les violations des droits fondamentaux dont sont victimes les populations des camps de Tindouf.

A cet égard, M. Makanga a indiqué que son pays estime judicieux de procéder à l'enregistrement des populations du camp de Tindouf, conformément au droit international humanitaire, aux recommandations du Secrétaire général de l'ONU ainsi qu'aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité.

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X