Congo-Kinshasa: Les partisans de l'UNC veulent riposter à la condamnation en appel de Vital Kamerhe

En République démocratique du Congo (RDC), veillée d'armes pour les lieutenants de Vital Kamerhe, l'ancien directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi, condamné en appel à treize ans de prison mercredi 16 juin pour le détournement de plus de 50 millions de dollars, destinés à l'achat de logements sociaux en préfabriqué pour des militaires et policiers.

Le parti de Vital Kamerhe, l'UNC, reste convaincu que son leader condamné en première instance depuis un an est victime d'un complot et demande à ses députés de boycotter les travaux au sein de la coalition pro-Tshisekedi, l'Union sacrée de la nation.

Au siège de l'UNC, les couloirs étaient embouteillés toute la journée. Des escarmouches maîtrisées par la police. Mais après une journée de concertation, une décision d'étape a été prise par les parties. « On ne peut pas sacrifier un leader comme Vital Kamerhe pour des mesures de calcul politiciennes, s'insurge Billy Kambale, secrétaire général de l'UNC. L'UNC est déterminée à défendre son leader jusqu'au prix du sang. Nous demandons à nos députés de suspendre leur participation aux réunions du Cach et de l'Union sacrée jusqu'à nouvel ordre. Qu'on nous libère notre chef ! »

Dissensions

Les cinq ministres membres du parti, la dizaine de députés et autres cadres en poste dans les institutions, comme la présidence, ont pris part aux délibérations. Selon des proches du parti, s'ils se disent irrités, quitter les institutions n'est pas encore à l'ordre du jour, malgré la pression des militants. L'UNC entend poursuive des discussions en interne pour obtenir l'acquittement de son leader : « Les discussions vont continuer parce que nous voulons ratisser large. Nous ne voulons pas donner l'occasion à l'ennemi de détruire notre parti. Nous continuons les discussions pour sensibilité le plus de membres et rassembler nos troupes pour que, quand nous prendrons une décision, que ce soit une décision consommée par tout le monde. Nous sommes un parti né de la résistance. Pour nous, l'essentiel, c'est que notre chef quitte cet état de chose. »

Le parti projette des manifestations à travers le pays, manifestations qui s'annoncent d'ores et déjà compromises. Les autorités ont limité tout rassemblement à 20 personnes maximum en raison de la troisième vague de Covid-19.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X