Tunisie: Baccalauréat 2021 | Sousse - L'examen de philo abordable et sans surprise

17 Juin 2021

Les candidats ont planché sur des thèmes classiques.

Le jour J est arrivé. Des milliers de bacheliers ont repris, hier, le chemin des établissements scolaires pour passer la première épreuve de l'examen du baccalauréat : la philosophie.

Les candidats des sections scientifiques et économie et Gestion (maths, Sciences Expérimentales, Sciences techniques et Sciences informatiques) ont planché sur la même épreuve qui était composée de deux parties. La première partie (10 points) comprend trois sujets. L'un sur la citoyenneté et l'humanité. L'autre sur le moi et la reconnaissance de l'autre. Le 3e sujet est un texte portant sur l'Etat et la souveraineté.

La seconde partie (10 points) a comporté deux questions au choix. L'une sur la modélisation et l'enrichissement des sciences et l'autre sur le moi, l'altruisme, la convergence ou divergence. Elève au lycée Tahar-Sfar de Sousse, section Economie-Gestion, le candidat Mohamed Aziz Hmadi estime que «le premier sujet est un peu difficile et ambigu. Le second sujet est plus ou moins accessible mais nous l'avons étudié au cours de l'année. Le texte est accessible et facile à traiter. Pour la seconde partie, j'ai traité la seconde question, car j'avoue que la 1ère question est difficile. En définitive et pour conclure, je peux affirmer que l'épreuve de philo est plus ou moins accessible», nous a-t-il déclaré.

Pour le candidat Malek Houcine, section Eco-Gestion du lycée Tahar-Sfar : «Le premier sujet est accessible, le second est plus ou moins abordable et le texte est facile à traiter ». Pour la seconde partie, il a affirmé que la 1ère question est difficile alors que la 2e question est à la portée. Pour ce candidat, l'épreuve de philo est, dans l'ensemble, abordable. Hana Thabet, candidate de la section Sciences expérimentales du lycée Tahar-Sfar, a, pour sa part, souligné que « le 1er sujet est accessible et le second plus ou moins abordable. Le texte est à la portée. Le sujet a déjà été traité au cours de l'année. Pour la seconde partie, la 1ère question est difficile, la seconde est plus ou moins abordable », concluant que l'épreuve de philosophie ne comportait pas de difficulté particulière.

Quant à l'épreuve de philosophie pour la section Lettres, elle était composée de trois sujets au choix. Le premier a porté sur l'Etat et la citoyenneté. Le second sur la modélisation et son influence sur la science. Le 3e sujet a soulevé la thématique de la relation entre le moi, l'autre et le monde extérieur. Candidate de la section Lettres, Nadine Ouardani a expliqué qu'elle a choisi le premier sujet relatif à l'Etat et la citoyenneté, car c'est un thème classique et facile qui a déjà été traité au cours de l'année». Le candidat Farouk Neguez, section Lettre du lycée Tahar-Sfar, a relevé, à son tour, qu'il a opté pour le premier sujet car il est à la portée « compte tenu des arguments puisés du vécu actuel réel». La candidate Oumayma Rouatbi, section Lettres, du même lycée a opté pour le sujet sur la modélisation « laquelle a induit une révolution dans les sciences et en même temps une crise au niveau des valeurs cognitives et morales.»

Disons en définitive que l'épreuve de philosophie pour la section Lettres est accessible pour ceux et celles qui ont bien préparé cette matière et suivi les recommandations et les conseils de leurs professeurs. Ainsi, les avis des candidats étaient différents, selon leur capacité à traiter tel ou tel sujet. Mais ce qui est sûr, c'est que l'épreuve de philo est abordable et accessible pour toutes les sections. Enfin, il est à signaler que les mesures sécuritaires et sanitaires ont été respectées à la lettre dès l'entrée des candidats (port de bavettes, gel alcoolisé, respect de la distanciation entre les candidats... .).

Pour les candidats atteints du Covid 19 et déjà signalés avant la période du Bac, ils ont été affectés dans un centre d'examen spécial à Mahdia pour y passer les épreuves.

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X