Cameroun: Développement des Sciences, de la technologie et de l'innovation - Les propositions du pays

Au nom du président de la République, Paul Biya, le ministre des Relations extérieures, Mbella Mbella, a participé hier au 2e Sommet de l'Organisation de la Coopération islamique dédié à cette problématique.

Le 2e Sommet sur la science et la technologie de l'Organisation pour la Coopération islamique (OCI) s'est tenu hier, 16 juin. Le Cameroun assure la vice-présidence de cette rencontre dont les travaux se sont déroulés par visioconférence. Le ministre des Relations extérieures (Minrex) a représenté le président de la République, Paul Biya, à ces assises qui avaient pour thème : « La science, la technologie et l'innovation : ouvrir de nouveaux horizons ». Lors de son discours d'ouverture, Lejeune Mbella Mbella a vanté la coopération entre les pays membres de l'OCI en matière de science, technologie et innovation (STI). Celle-ci va en effet « accélérer l'appropriation et l'amélioration des recherches au bénéfice des Etats-membres », selon lui.

Le Cameroun, par sa voix, propose ainsi que les Etats les plus avancés aux plans scientifique et technologique et les plus innovants accompagnent « les autres pour une coopération mutuellement bénéfique qui devrait se traduire par un progrès satisfaisant dans tous les domaines en général, et le développement économique notable des pays membres en particulier ». En Afrique subsaharienne, poursuit le Minrex, la coopération intra-OCI pourrait inciter à la recherche dans les domaines évoqués supra. Une voie qui permettrait aux pays de cette zone de rattraper leur retard et de bénéficier des bienfaits qui en résulteront.

Ceci s'impose encore plus en ce moment où le monde fait face au Covid-19. Pour Lejeune Mbella Mbella, « la coopération de l'OCI sur les STI devrait s'orienter dans la recherche visant à apporter des solutions scientifiques permettant de mettre fin à la pandémie qui frappe les pays de [cette organisation] et le monde entier. » Pour ce faire, il faut affecter plus de moyens aux pays fragiles, supprimer la propriété intellectuelle sur les découvertes liées au Covid-19 et assurer le partage d'informations.

Le premier Sommet islamique sur la science et la technologie a eu lieu les 10 et 11 septembre 2017 par le Kazakhstan. Les Emirats arabes unis se sont proposés d'accueillir cette deuxième édition virtuellement, compte tenu des contraintes imposées par le Covid-19. A travers ce Sommet, l'OCI veut accorder une grande priorité au développement des Etats membres dans les STI. Les participants au Sommet d'hier ont analysé le chemin déjà parcouru jusqu'ici, avant d'élaborer une feuille de route pour les activités futures.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X