Gabon: Rencontre Ali Bongo - Eyeghe Ndong - L'envers du décor dixit JVL

L'audience accordée par Ali Bongo à M. Eyeghe Ndong suscite incontestablement une polémique dont l'épilogue n'est pas proche. Tout a été dit sur cet événement, soit pour le condamner, soit pour comprendre sa démarche. Je n'y reviendrai pas.

Je souhaite plutôt évoquer l'exploitation qui est en faite de la part du pouvoir. Un seul mot : pitoyable. Encore une fois !

Le ralliement de René Ndemezoo Obiang a, faut-il le rappeler, été accueilli avec peu d'enthousiasme par le pouvoir, pis avec le mépris. Comme l'a été celui de Massavala. Et pour cause, ces deux personnalités s'étant livrées elles-mêmes, elles ont perdu en crédibilité sans être tout à fait certaines d'être récompensées à la hauteur de leur reddition.

Par contre, l'accueil réservé à l'audience accordée à Jean Eyeghe Ndong a reçu un traitement tout particulier. Elle a fait l'objet d'une publication sur la page Facebook du Président. Destinée semble-t-il à exposer des problèmes personnels, cette audience a été présentée comme un exploit politique et l'intéressé comme un trophée de guerre.

Pourtant, à la différence des autres qui l'ont précédé, Jean Eyeghe Ndong n'a pas annoncé son ralliement au pouvoir, même si sa propre communication faite de justifications et de contorsions suscite un malaise et fragilise une personnalité présentée comme une alternative crédible au sein du peuple de l'Opposition.

En rappelant que l'intéressé a été reçu, à sa propre demande, en lui donnant une portée différente de celle présentée par le visiteur des lieux, le pouvoir entreprend de ridiculiser une importante personnalité qui a naïvement cru aux vertus du dialogue républicain. En choisissant ce traitement humiliant, le pouvoir dissuade ainsi d'autres personnalités politiques de l'Opposition qui appellent à la décrispation du climat politique.

Dans la foulée, toujours sur la même page Facebook présidentielle, il est publié des images d'un groupe de prétendus leaders de l'opposition reçus en audience. Les noms de ces responsables ainsi que de leurs formations politiques n'ont pas été révélés. Si on avait vu à cette audience des présidents des partis représentés au Parlement, oui, le symbole aurait pu être fort.

Là, on a glosé sur quatre ou cinq acteurs politiques méconnaissables, méconnus et insignifiants. À l'approche des échéances de 2023, ce type de manœuvres est appelé à s'intensifier, plusieurs petites formations de l'opposition vont servir de caution politique à une ouverture politique en trompe-l'œil, moyennant quelques subsides.

Si un pouvoir qui, avec la fusion-absorption de DN, de RV et du SDG, contrôle désormais 99% du Parlement ainsi que la totalité des collectivités locales en est à faire d'une rencontre avec Jean Eyeghe Ndong un évènement politique majeur sans que l'intéressé n'ait exprimé officiellement son ralliement, et à instrumentaliser le menu fretin de l'Opposition, c'est le signe d'un manque criard d'assurance. Pis, la conscience d'un déficit récurrent de légitimité qui continue d'habiter et de hanter le pouvoir, au-delà de toutes les gesticulations.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X