Congo-Kinshasa: Insécurité à Béni et Butembo - Félix Tshisekedi annonce le renforcement des capacités opérationnelles et logistiques des FARDC

Le président de la République, Félix Tshisekedi, a conféré, le 17 juin, avec les différentes couches de la population de Béni.

Les forces vives de la région, représentées par un bel échantillon, étaient reçues par le chef de l'Etat à l'hôtel Albertine de Beni. Saisissant l'opportunité de cette rencontre, elles lui ont présenté leurs doléances essentiellement cristallisées autour de la paix et de la sécurité. Pour le président de la République qui a préféré ce format plutôt qu'un meeting populaire au regard des risques de contagion que présente de plus en plus la troisième vague du coronavirus, les villes de Béni et Butembo devront, dans un proche avenir, recouvrer la paix.

Préoccupé par la situation sécuritaire qui prévaut dans la région de Beni caractérisée par la multiplication des attaques des rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées- ADF, le président Félix-Antoine Tshisekedi a donc réitéré son engagement à pacifier l'est de la RDC. Tous les moyens, a-t-il déclaré, seront mis à contribution pour parvenir à cette fin. « Nos forces armées vont monter en puissance de plus en plus. L'état de siège n'a pas été décidé pour vous embêter. Il fallait une prise en main musclée telle que seuls les militaires sont capables », a-t-il indiqué.

Et d'ajouter : « Je suis venu au pouvoir pour contribuer à améliorer tant soit peu les conditions de vie de nos concitoyens. Dans les conditions de vie de nos concitoyens, la priorité c'est la sécurité. Et j'ai toujours dit ça, tant que je n'aurai pas réglé ce problème de sécurité; pour moi, je n'aurai pas réussi mon mandat de président de la République. Donc, vous devez comprendre que c'est la priorité des priorités chez moi ».

Tout en rejetant catégoriquement l'option d'une négociation avec les ADF, Félix Tshisekedi a, sur un ton martial, annoncé le renforcement des capacités opérationnelles et logistiques des Fardc. « Nous utiliserons tout ce qu'il faut comme moyen pour éradiquer ce cancer. En tant que responsable de ce pays, je vais en finir avec ces gens qui sont doublement criminels », a-t-il fait savoir.

Dans la foulée, il a confirmé que des moyens sont déjà obtenus pour démarrer le programme de désarmement, démobilisation et réinsertion communautaire et stabilisation (DDRCS). « Nous avons déjà 50 millions dollars donnés par la Banque mondiale pour le DDRCS. Normalement cette semaine, malheureusement je ne suis pas à Kinshasa, on devrait déjà avoir les animateurs du processus DDRCS », a-t-il ajouté devant les représentants des couches sociales de Beni.

Et d'interpeller la population locale pour qu'elle collabore activement avec les Fardc tout en ajoutant qu'un effort sera fait pour réparer les erreurs commises par les forces loyalistes. Le temps est venu de « tirer un trait définitif sur le passé déshonorant et regarder dans une nouvelle direction », a indiqué Félix Tshisekedi qui s'est dit, par ailleurs, favorable à une justice transitionnelle pour panser les plaies provoquées par l'activisme des groupes armés, locaux et étrangers.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X