Sénégal: Démarrage des travaux du port de Poponguine Ndayanne en 2022 - La première phase des chantiers estimée à 1000 milliards de francs

El Hadji Meïssa Mbaye, le conseiller technique du directeur du Port Autonome de Dakar (PAD) ayant en charge la mise en œuvre du Port de Poponguine-Ndayane, a déclaré hier à la presse, le démarrage des activités de réalisation de cette infrastructure en 2022. A la sortie d'une réunion convoquée par le préfet de Mbour, il a indiqué que la première phase des travaux va intéresser un coût de 1000 milliards de francs dont 300 milliards de l'Etat.

Les informations fournies donnent au futur port, une stature de dimension planétaire devant participer à augmenter de 3% le Produit intérieur brut (PIB). La réunion avec le préfet de Mbour d'hier sur cette infrastructure portuaire a eu l'allure d'une large concertation sur des avis techniques liés aux dimensions et à la surface de l'infrastructure à réaliser. Une profonde contradiction a été relevée entre un membre de la société civile et Mor Tall Tine, le préfet de Mbour.

L'autorité préfectorale s'en est tenue aux avis des techniciens, notamment les voix averties sur les questions relevant de leurs compétences.

El Hadji Meïssa Mbaye, le conseiller technique du directeur du PAD ayant en charge la mise en œuvre du Port de Poponguine-Ndayane a insisté sur l'importance de la rencontre d'hier, entrant dans le compte de l'ingénierie sociale, une dynamique du projet devant mettre en évidence l'implication de tous les acteurs. Par conséquent, selon lui, c'est l'annonce du démarrage des travaux.

Les impactés vont être informés ainsi que toute la chaîne des acteurs. Les premières activités de balisage et de mesures sur le terrain sont attendues pour les délimitations du port. En effet, dans un délai de six mois, le démarrage des travaux significatifs ne va plus faire aucun doute. Ils consistent à ce qu'on appelle des travaux d'attaque pour la construction de routes et de voies de chantiers, des travaux maritimes divers, des travaux sur la partie terrestre. A l'en croire, cette première étape s'accompagne et va être suivie de toute une collaboration avec la presse appelée à jouer un rôle tout autour.

UNE INFRASTRUCTURE NI LOCALE OU NATIONALE, MAIS DE DIMENSION PLANETAIRE

En outre, monsieur Mbaye s'est voulu très clair. Le Port de Ndayane dépasse une dimension nationale, mais se veut planétaire. En effet, le Port de Ndayane va avoir un tirant d'eau de 18 mètres, un aspect technique non négligeable. Il a évoqué les deux parties d'une embarcation pour mieux illustrer son propos, la partie du bateau dans l'eau et la partie au dehors. En plus, il a révélé la possibilité d'avoir le transport de 20 000 conteneurs au moment où actuellement certaines infrastructures portuaires en transportent 6000. Le second élément à mettre en évidence par rapport à ses potentialités est la zone industrielle avec ses possibilités de réexportation devant permettre de participer à un équilibre de la balance commerciale.

A l'en croire, les documents physiques du projet cautionnent des possibilités de démarrage évidentes. Il a rappelé l'état des démarches dans une vitesse de croisière, ouvrant des espoirs pour les générations futures. L'estimation des coûts de 1000 milliards de francs ne l'est qu'à un titre provisoire car beaucoup de paramètres peuvent interférer et le modifier. Les premières réalisations consistent à mettre en place des infrastructures portuaires et des infrastructures terrestres. Selon lui, une fois les travaux enclenchés, quatre années après, les exploitations et activités vont démarrer.

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X