Madagascar: Androndra - Ils réclament de l'argent et menacent

Un couple maître chanteur et leur complice viennent d'être piégés par la brigade criminelle, à Androndra et à Ampamantanana. Ils sont soupçonnés de harcèlement et menace de mort.

COUP de filet de la brigade criminelle de quatrième section. Un couple et un homme de 19 ans se trouvent maintenant retenus en garde-à-vue dans les locaux de la direction de la police judiciaire, à Anosy. Ils sont mis en examen pour harcèlement suivi de menace de mort. Un père de famille a récemment reçu une série d'appels inconnus. Son interlocuteur, à chaque fois, lui a réclamé 10 millions d'ariary. Il a expliqué qu'il devait rembourser une certaine somme que son fils lui avait empruntée. Il lui a précisé une date où il devait effectuer le paiement.

Il menaçait de l'assassiner s'il refusait. Le quidam et son équipe n'ont cessé d'intimider leur cible au téléphone. Ils ont prétendu qu'ils savaient où il habitait et travaillait. Ils détruiraient et mettraient le feu à sa maison et son lieu de travail s'il s'obstinait dans son refus de payer. Terrifiée, la victime a déposé plainte et demandé de l'aide à la police pour le protéger. Saisie des investigations, les limiers de la BC4 ont immédiatement procédé à l'identification des harceleurs. Confrontation.

Actes malsains

Deux principaux suspects, une femme de 34 ans et son mari de 24 ans, ont été interpellés du côté d'Androndra. C'étaient eux qui avaient téléphoné au père de famille. Questionnés, ils sont finalement passés aux aveux en citant le jeune homme. Celui ci s'est fait arrêter à Ampamantanana pour complicité. Agissant sur mandat de perquisition, les policiers ont fouillé leur maison où un tas d'amulettes ont été trouvées. Ils s'en étaient servis dans leurs actes malsains.

Leur visage est familier pour le plaignant qui les a reconnu tout de suite lors de leur confrontation à la BC4. A l'en croire, ils l'avaient déjà arnaqué une fois. Au cours de l'interrogatoire, le trio a avoué qu'il choisissait bien la personne à terroriser et racketter. Ils n'étaient pas à leur premier coup, si l'on s'en tient aux explications reçues. Plusieurs personnes ont déjà été victimes d'extorsion de fonds et de menaces de leur part. La BC4 attend leur déposition. Tous les trois seront conduits devant le parquet une fois que la police aura fini de dresser les procès-verbaux.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X