Madagascar: Université de Toliara - Deux maisons incendiées

La sourde oreille. Troisième jour d'affrontement entre les forces de l'ordre et les étudiants. Ces derniers se sont montrés imperturbables et ont continué de défier les autorités locales et les forces de l'ordre.

Dans la matinée, un bâtiment du côté de la cité des professeurs à Maninday, avec le matériel de bureau s'y trouvant, a été incendié. Les pompiers sont venus sur place mais ont été refoulés par les étudiants par des jets de pierre et « des tirs par flèche », selon un responsable des sapeurs pompiers, qui affirme pourtant avoir vu deux sources d'incendie, à l'entrée du campus, au niveau de la barrière, un petit commerce a été incendié également.

Rien n'a pu être sauvé. Les étudiants en revanche, ne sont pas sortis du campus. L'organe mixte de conception (OMC) Atsimo Andrefana s'est réuni vers 13h et a lancé un appel au calme.

« Nous devons prendre des mesures devant tous ces débordements tout en respectant la gestion démocratique de la foule. Les forces de l'ordre ont le devoir de protéger le peuple et ses biens. Nous demandons aux étudiants de ne plus défier les forces de l'ordre » déclare le général Nixor Tsitambala, CIRGN Atsimo Andrefana. À son tour, le préfet de Toliara, Lydore Solondraza, insiste sur le fait que les comportements perturbateurs ne seront point tolérés.

Dessous

Aussitôt la réunion terminée, les forces de l'ordre sont revenues vers le campus pour interpeller les meneurs de grève. Durant les recherches et les poursuites, un étudiant a été tiré au niveau du ventre. Il a été emmené d'urgence à l'hôpital be d'Antanambao. Vers 18h, l'étudiant blessé, 22 ans, était encore capable de prononcer quelques mots pour expliquer ce qui s'est passé.

« Je suis étudiant en première année au département de physique-chimie. J'étais au bloc 12 et lorsque j'ai entendu les forces de l'ordre venir, je me suis caché comme tout le monde. Mais tout d'un coup je sentais que mon corps a été touché et je me suis écroulé » raconte Justin Nafara. Tard, dans la nuit, il est rapporté que son état de santé se détériorait. Une source auprès de la gendarmerie explique que les éléments mixtes n'ont point utilisé d'armes ni de balle réelle, autres que les bombes lacrymogènes. Aussi, la provenance de la balle ayant tiré sur Justin Nafara, reste-t-elle un mystère.

Le président de l'université de Toliara affirme que l'individu qui a été tué avant hier, en revanche, n'est pas un étudiant de Maninday. « Le corps est encore à la morgue. S'il avait été un étudiant, des membres de sa famille auraient déjà récupéré son corps. Nous avons vérifié mais personne à l'université ne le connaissait » souligne Andriamanantena Razafiarison.

Les étudiants grévistes se chamaillent entre eux et créent de la scission. Des anciens et des actuels meneurs de la fédération des associations des étudiants de l'université de Toliara. Les dessous.. se mêlent aux revendications.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X