Afrique: Covid-19 - Les envois de fonds à la famille se sont avérés plus résilients que prévu

Les migrants qui travaillent loin de leur famille ont fait d'importants sacrifices pour envoyer de l'argent chez eux l'année dernière, comme ils le faisaient avant la Covid-19, a déclaré mercredi le chef de l'ONU, António Guterres, avertissant que ce n'est pas le moment pour les pays de retirer leur soutien à ces travailleurs clés.

Le message du Secrétaire général publié à l'occasion de la Journée internationale des envois de fonds à la famille intervient alors que des données de la Banque mondiale montrent que les envois de fonds aux pays à faible revenu ou à revenu intermédiaire par les migrants n'ont diminué que de 1,6% en 2020 par rapport à 12 mois plus tôt, pour atteindre 540 milliards de dollars, un montant bien inférieur aux estimations initiales.

Plusieurs facteurs expliquent cette baisse moins importante que prévu. Le principal étant que « les migrants mettent au premier plan les besoins de leur famille, réduisant leur consommation personnelle et puisant dans leurs économies », a déclaré M. Guterres.

« Heureusement, les transferts de fonds se sont avérés beaucoup plus résilients et fiables que prévu », a-t-il ajouté.

A La Une: Coronavirus

Plus de: lejecom

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X