Ile Maurice: Affaire Sunkai - 1 047 victimes devront encore patienter

Ils réclament plus de Rs 270 millions dans l'affaire Sunkai. Les 1 047 plaignants ont dû, par le biais de leur avoué, Me Kaviraj Bokhoree, et leur avocat, Me Nabiil Kaufid, tirer leur motion pour le dégel de cette somme devant la juge Carol Green-Jokhoo mercredi.

Lors de cette audition, Me Abdool Raheem Tajoodeen du bureau du Directeur des poursuites publiques (DPP) a d'abord réitéré sa demande pour qu'il soit mis hors de cause dans la mesure où il n'a plus d'autorité d'exécution sous l'Asset Recovery Act qui l'a remplacé par la Financial Intelligence Unit (FIU). La juge a alors rappelé à Me Tajoodeen que cette motion a déjà été présentée en 2019 devant le chef juge par intérim. «Une telle motion aurait dû être présentée bien avant devant le Master and Registrar et non pas après que l'affaire a déjà été prise.»

Toutefois, Me Kaufid qui devait communiquer sa position sur cette motion, a informé la juge que ses clients n'étaient pas prêts. Celle-ci a réprimandé l'avocat, étant donné que lors d'une séance tenue le 14 janvier dernier, il était convenu que la position des plaignants devait être signifiée hier, pour que l'affaire puisse être prise sur le fond. Du coup, Me Kaufid a indiqué que les plaignants ont décidé de retirer la présente motion en Cour suprême.

En effet, ils sont 1 047 plaignants à demander qu'un ordre soit émis pour que le commissaire de police, le DPP et la FIU procèdent au dégel de l'argent saisi de la compagnie Sunkai et de sa directrice, Bhimla Ramloll, pour honorer le jugement de la cour intermédiaire rendu en 2017. Ces personnes ont été victimes d'une fraude massive. Elles avaient investi leurs économies, leur lump sum et autre argent dans la compagnie Sunkai, en 2013. Un contrat avait même été rédigé, selon lequel ces personnes recevraient un retour sur investissement élevé. Mais elles n'ont rien vu venir. Cette affaire qualifiée de Ponzi Scheme a éclaté en mars 2013 et la fraude estimée à Rs 768 millions. La directrice, Bhimla Ramloll, avait été arrêtée le 31 juillet 2013, sous une accusation de blanchiment d'argent.

Certains plaignants ont investi Rs 300 000, Rs 270 000 ou même Rs 45 000. Toutefois, Bhimla Ramloll était censée effectuer les procédures pour dégeler l'argent afin que ses victimes puissent toucher leur dû, dans les plus brefs délais. Mais, en tant que co-défenderesse dans l'affaire, elle avait soutenu qu'elle ne pouvait rembourser les victimes, étant donné que l'enquête initiée par le commissaire de police et la FIU avait mené à la saisie de l'argent investi par les victimes.

Les plaignants estiment qu'une somme de Rs 270 118 500 de même que des frais ordonnés par la cour intermédiaire - d'un montant additionnel de Rs 3 141 000 - devront être dégelés. À sa sortie de la cour, Me Kaufid a confié à l'express qu'il viendra avec une nouvelle plainte en bonne et due forme incessamment. L'affaire sera par la suite appelée devant la juge en référé.

Plus de: L'Express

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X