Cameroun: Agriculture durable - Les sillons du dialogue multiproduits

Un échange national lancé ce 15 juin 2021 à Douala sur l'initiative de la Tropical Forest Alliance.

Comment développer ensemble les filières agricoles durables qui protègent les forêts et qui donnent l'occasion de créer emplois et richesses ? La problématique est posée par Sabali Meschi, directrice régionale Afrique de Tropical Forest Alliance (TFA), et pour y apporter des pistes de solution, un dialogue national multiproduits pour la promotion de la durabilité dans les filières agricoles a été entamé le 15 juin 2021 à Douala. Une initiative de TFA, en partenariat avec plusieurs acteurs privés et organisations de la société civile, sous la supervision du ministère de l'Environnement, de la Protection de la Nature et du Développement durable (Minepded).

Il est question de mettre en relation les parties prenantes des secteurs de l'agroalimentaire afin d'échanger sur la façon dont les efforts de durabilité peuvent être renforcés au sein d'une plateforme commune. Il s'agit ainsi de créer un pont entre les secteurs de produits de base et d'améliorer les impacts environnementaux, économiques et sociaux des initiatives sectorielles. Cette plateforme, comme expliquée par les organisateurs, « se concentrera en particulier sur les produits de base ayant une empreinte de déforestation significative, tels que l'huile de palme, le cacao, le bois et le caoutchouc, et sur les produits de base ayant un grand potentiel de durabilité, tels que la banane. »

Cette initiative souligne l'importance de rassembler les secteurs de produits de base existants afin de créer des synergies dans les engagements et les plans d'action, de mobiliser des ressources et de faciliter la mise en œuvre de programmes innovants visant à protéger et restaurer les forêts naturelles du Cameroun. Pour Michael Ndoping, directeur général de l'Office national du cacao et du café du Cameroun (Oncc), l'objectif dans cette collaboration entre chaînes de valeur est d'avoir « une vision commune pour le Cameroun, parce que la forêt est un héritage national à protéger. » Un impératif, quand on voit un chiffre énoncé par Justin Kamga de l'association Forêts et développement rural (Foder) sur la base de diverses études d'acteurs nationaux et internationaux du secteur forestier : entre 2015 et 2020, le Cameroun a perdu près de 58 000 hectares de forêt.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X