Madagascar: Projet présidentiel - Plainte réciproque de deux entreprises

Un sous-traitant, victime d'abus de confiance, a porté plainte contre une entreprise prestataire. Cette dernière aussi en a déposé pour extorsion de fonds. Le litige est parti d'un projet présidentiel.

BATAILLE judiciaire lancée autour de la construction d'un lycée agricole, un projet présidentiel, à Vatomandry. Elle oppose le sous-traitant à l'entreprise prestataire.

Le premier s'est dit être victime d'abus de confiance, escroquerie, menace et diffamation pour lesquels il a porté plainte au parquet d'Antananarivo en mai. L'autre a également déposé la sienne, avec objet d'extorsion de fonds, à Toamasina. Ce serait un moyen dilatoire, comme l'avance le sous-traitant.

Tout a commencé en 2019 par l'obtention d'un marché public relatif à la construction d'un centre agricole de référence pour Vatomandry, sous tutelle du ministère de l'Éducation nationale et de l'enseignement technique et professionnel, par l'entreprise. Elle a confié la réalisation des travaux à l'autre, avec qui elle avait déjà travaillé auparavant, car elle ne disposerai t pas des moyens financiers.

Les deux parties ont convenu que le sous-traitant se chargerait de toutes les dépenses. Celles-ci seront remboursées en totalité et le bénéfice du marché partagé.

Corruption

L'entrepreneure recrutée a débuté le chantier. Les travaux n'ont pas encore été terminés et l'argent émanant de l'État a été débloqué et versé à la bénéficiaire du marché. En apprenant le paiement, le sous-traitant a vainement réclamé sa part. « Elle ne m'a plus répondu au téléphone... Son mari a accepté de rembourser mes dépenses», peut-on lire dans sa déposition.

La victime d'abus de confiance attire également l'attention du bureau indépendant anti-corruption (Bianco) pour diligenter des investigations sur l'affaire, à commencer par la manière dont l'entreprise a décroché le marché, alors qu'elle n'avait pas d'argent. Elle se demande également, comment elle a eu un certificat de liquidation bancaire. Tout cela laisse place à une suspicion de corruption de haut niveau et bien organisée.

« Pourquoi l'argent a totalement été débloqué, alors que la construction était toujours en cours. Des images photoshopées, montrant la fin des travaux, ont été présentées pour duper », souligne le sous-traitant en soupçonnant l'entreprise.

Cette dernière aurait récemment répliqué avec une plainte pour extorsion de fonds confiée au parquet de Toamasina.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X