Madagascar: Diplomatie - Michael Pelletier fait ses adieux

Deux ans et demi. Voilà la durée du mandat de Michael Pelletier, ambassadeur des États-Unis, à Madagascar. Sur le départ et après les visites d'adieu, de rigueur, auprès des responsables étatiques, le diplomate a adressé un message au public, sur la page Facebook de l'ambassade américaine, hier.

Le discours publié, hier, a été l'occasion pour l'ambassadeur Pelletier de montrer ses progrès dans son apprentissage du malgache. Depuis son arrivée dans le pays, le diplomate a, en effet, suivi des cours de malgache. C'est en malgache qu'il a alors introduit et conclu son allocution. Après cette opération de charme diplomatique, il a ensuite fait une synthèse des principaux axes sur lesquels il s'est essentiellement impliqué.

Un leitmotiv qu'il met systématiquement en avant depuis quelques mois est que Madagascar et les États-Unis sont des « mpirahalahy mianala ». Une expression malgache pour dire que les relations entre les deux pays sont basées sur une confiance et un soutien mutuels. L'ambassadeur américain souligne, notamment, « le défi inattendu », qu'est la pandémie de la Covid-19 qui a marqué ses deux ans et demi à Madagascar.

Investissement

« De nombreux défis restent à relever », ajoute, toutefois, l'ambassadeur Pelletier. Sur la lancée de ses propos lors de sa visite d'adieu au président de la République, lundi, le diplomate met l'accent sur le fait de « redoubler d'efforts pour lutter contre la famine dans le Sud ». Un effort qui doit également, être constant dans le renforcement des institutions gouvernementales, la protection de la biodiversité et le développement économique durable.

« Je crois que le développement mené par le secteur privé doit être un facteur-clé pour aller de l'avant », déclare, par ailleurs, l'ambassadeur américain. Une phrase pour introduire un bref plaidoyer en faveur du fait que « l'expertise, l'innovation et les investissements américains dans des secteurs critiques pourraient aider à faire avancer les objectifs économiques et le développement de Madagascar ». Il parle, cependant, « d'obstacles actuels aux investissements », sans donner plus de détails.

Plus de: L'Express de Madagascar

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X