Zambie: Les hommages affluent en Afrique australe après la mort de l'ex-président zambien Kaunda

Des dizaines de militants vêtus de masques orange piquent près de Kenneth Kaunda Road à Durban North pour exiger que les pilleurs de fonds de Covid-19 soient emprisonnés. Ils se sont engagés à organiser des piquets similaires tous les vendredis jusqu'à ce que leurs demandes soient satisfaites.

Un deuil national de 21 jours a été décrété en Zambie après la mort jeudi du père de l'indépendance Kenneth Kaunda, à l'âge de 97 ans. Et les hommages se succèdent en provenance, en particulier, d'Afrique australe.

Comme la Zambie, l'Afrique du Sud a décrété une période de deuil national : dix jours avec effet immédiat en souvenir, a déclaré Cyril Ramaphosa, de Kenneth Kaunda, ce « grand dirigeant » qui « s'est tenu aux côtés du peuple sud-africain au moment où nous en avions le plus besoin », « la Zambie a fourni refuge, soins et soutien aux combattants de la liberté contraints de fuir leur pays d'origine », a rappelé le président sud-africain.

Sept jours de deuil national ont été ordonnés au Botswana en l'honneur, estime son président, d'« un homme d'État emblématique, altruiste », « à juste titre vénéré comme le père de l'indépendance et de l'unité africaine », dont le leadership a été « une source d'inspiration et de résilience ». Kenneth Kaunda était « résolu à libérer notre région du colonialisme », a tweeté le président de Namibie.

Le président congolais Félix Tshisekedi dit avoir appris « avec une immense peine, le décès de Kenneth Kaunda, le père de l'indépendance ». Son homologue rwandais Paul Kagame écrit dans ses condoléances que « l'engagement de Kenneth Kaunda dans la libération de l'Afrique ne sera jamais oublié et que son héritage panafricaniste vivra pour des générations ».

De son côté, « la SADC, Communauté de développement d'Afrique australe, pleure le président zambien, l'un des derniers pionniers des indépendances en Afrique ». Enfin, l'Union africaine juge pour sa part que « l'Afrique a perdu l'un de ses meilleurs fils ».

Enseignant à l'université de Kinshasa et directeur d'étude à l'EHESS à Paris, l'historien Elikia Mbokolo rappelle combien Kenneth Kaunda avait une place originale parmi les pères de l'indépendance africaine.

Kenneth Kaunda est le dernier des géants. Il appartient à cette génération qui a donné à l'Afrique ses pères, parfois grands-pères [...] Moins visible que ses compagnons, beaucoup plus discret, d'un caractère très très fort quand il s'agissait de politique, mais en même temps, facile à vivre, facile à fréquenter. Un de ces intellectuels anglophones qui sont d'une modestie et d'une réserve plutôt rares chez nous autres francophones [...] Je l'ai rencontré une ou deux fois [...] Kaunda était plutôt tout en rondeur, de sorte que lorsqu'il élevait la voix, et qu'il disait "non je ne ferai pas ça", il était écouté [...]

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X