Sahara Occidental: Espagne - Une marche en faveur du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination

Madrid — Des centaines de membres de la société civile et de partis politiques ont manifesté vendredi devant le siège du ministère des Affaires étrangères à Madrid, appelant le gouvernement espagnol à assumer ses responsabilités légale, politique et historique envers le peuple sahraoui et à l'aider à organiser un référendum sur l'autodétermination.

Ont participé à ce mouvement placé sous le slogan "Pour la liberté du peuple sahraoui", des responsables de la société civile et de partis politiques, à l'instar de Podemos et la Izquiera unida, mais également des représentants des Parlement européen et espagnol voire même de Parlements autonomes en Espagne.

La marche se veut, par ailleurs, une sorte de sensibilisation quant aux souffrances subies par le peuple sahraoui depuis des dizaines d'années, et une dénonciation de la violation éhontée du cessez-le-feu et des droits de l'Homme par l'occupant marocain.

Les manifestants ont exhorté le gouvernement espagnol à assumer ses responsabilités légale, politique et historique envers le peuple sahraoui et "intervenir immédiatement et urgemment" afin de lui permettre d'exercer son droit à l'autodétermination.

Remettant à l'issue de la marche un communiqué au ministère des Affaires étrangères, les manifestants ont appelé les autorités espagnoles à prendre position en faveur de la cause sahraouie eu égard à la solidarité que lui accorde le peuple espagnol, les informant par la même de l'organisation d'une autre marche demain samedi au cœur de la capitale.

La ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, avait déclaré que "l'Espagne était toujours fermement attachée à une solution politique, une solution qui doit être trouvée dans le cadre des Nations unies". "C'est la position espagnole (...) cette position ne peut changer parce que l'Espagne est un pays respectueux de la légalité internationale", a-t-elle ajouté.

Depuis quelques mois, les relations entre Madrid et Rabat sont tendues, l'Espagne accusant, le Maroc, notamment d'employer différents moyens de pression et de chantage afin de la pousser à reconnaître sa prétendue souveraineté sur le Sahara occidental.

La récente admission, dans un hôpital espagnol, du président sahraoui, Brahim Ghali en avril dernier a compliqué davantage les relations entre les deux pays, lorsque 8000 migrants ont rejoint en mai dernier l'enclave espagnole de Ceuta depuis le Maroc, à la faveur d'un relâchement des contrôles marocains.

En réponse à ce geste, le Parlement européen aurait adopté à une large majorité une résolution dans laquelle il a rejeté l'utilisation par le Maroc de migrants mineurs non accompagnés, comme moyen de pression sur l'Espagne.

A La Une: Sahara Occidental

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X