Ile Maurice: Parlement - Oubli du taux de manganèse et «mensonge» de Sawmynaden

Le leader de l'opposition n'y est pas allé par quatre chemins, samedi 19 juin, au Parlement. Pour Xavier-Luc Duval, il y a un «cover-up» dans le dossier des «carburants frelatés». Justement, cette question a été soulevée lors de sa Private Notice Question. Puis, lors d'une conférence de presse, quelques heures après, Xavier Duval est revenu sur cette affaire qui, selon lui, «a rendu la séance tendue».

Arvin Boolell, leader de l'opposition à l'époque, avait déjà été soulevé ce sujet au Parlement en 2020.

«L'ancien ministre Sawmynaden avait alors déclaré que les tests effectués sur les bateaux Hafnia Libra et STI Executive pour le manganèse n'ont pas encore été finalisés. Puis, il a dit qu'il allait nommer un Independent Investigator et avait demandé à l'Assemblée de patienter. Mais au final, l'Independent Investigator a été Vitol (Bahrain E.C), qui se retrouve aussi sur le banc des accusés, et qui a payé cet Independent Investigator qui s'appelle Minton (Treharne and Davies Ltd)», a déclaré Xavier-Luc Duval.

Ce dernier est également revenu sur les spécificités qui n'ont pas été dévoilées. «On a oublié délibérément ou par erreur de préciser le taux maximal de manganèse qui doit se trouver dans chaque cargaison soit 2 milligrammes par litre d'essence. La compagnie qui a procédé à l'examen n'a rien trouvé à redire car selon le contrat, cette spécification n'est pas mentionnée. Tout cela, ce sont des mensonges de l'ancien ministre Sawmynaden.»

Le leader de l'opposition a également souligné qu'il s'agit d'un contrat de Rs 3 milliards pour six mois. «Le fournisseur a commis des erreurs en novembre-décembre derniers, en envoyant de l'essence qui a détruit des véhicules à Maurice. Mais en février, on lui octroie de nouveau un contrat de Rs 3 milliards pour, encore une fois, une période de six mois, sous l'Emergency Procurement.»

Implication de Vitol

Par ailleurs, Xavier-Luc Duval est revenu sur l'implication de la compagnie Vitol. «C'est une compagnie internationale qui savait qu'elle proposait de l'essence qui allait détruire autant de voitures à Maurice.»

Un dossier sur lequel le ministre Soodesh Callichurn est revenu au Parlement, hier toujours, en précisant que la présence de manganèse dans l'essence est le résultat d'un oubli. «Dans le contrat initial à Mangalore, il était stipulé que le taux maximum de manganèse était de 2 milligrammes par litre d'essence. Or, il y a eu un oubli de la part du bureau qui a préparé l'appel d'offres. Ce sont ces spécifications qui ont été utilisées pour le contrat alloué à Vitol. Il n'y avait pas de référence au taux maximum de manganèse dans ce contrat.»

Au moins 3 300 voitures ont rencontré des problèmes à Maurice suivant cette forte concentration de manganèse.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X