Soudan: Boom des investissements dans les mines d'or

C'est l'un des effets du retour du Soudan sur la scène internationale, les compagnies minières s'y ruent pour investir notamment dans l'or et le cuivre. Le 17 juin dernier, le gouvernement a octroyé neuf concessions minières, huit pour de l'or et une pour du cuivre. Les compagnies venues du monde entier peuvent désormais investir sans soucis depuis la levée des sanctions américaines.

Le Soudan veut devenir une puissance minière en Afrique. Le pays dispose d'importantes réserves de fer, de cuivre, de manganèse et surtout d'or. Khartoum est devenu en quelques années le troisième producteur d'or africain, principalement grâce aux orpailleurs artisanaux.

Mais le Soudan veut passer à la vitesse supérieure et développer une industrie minière à grande échelle. La levée progressive des restrictions à la vente de l'or, notamment la fin du monopole de la Banque centrale sur les achats, a permis de doper l'activité des producteurs. Et la levée des sanctions américaines qui frappaient Khartoum autorise désormais les investisseurs étrangers à y travailler.

Ainsi, les neuf concessions mises en vente par les autorités du pays ont trouvé preneurs en un temps record. Chinois, Sud-Africains et même Irakiens et Arméniens ont obtenu des permis d'exploitation. Quatre compagnies soudanaises se sont elle aussi vu octroyer des mines.

En libéralisant le marché de l'or, le Soudan espère aussi mettre un terme à la contrebande qui fait perdre à l'Etat des dizaines de millions de dollars par an, mais aussi renflouer les caisses de l'Etat et compenser la disparition de rente pétrolière qui s'est en grande partie évaporée en 2011 avec l'indépendance du Soudan du Sud.

A La Une: Investissement

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X