Afrique: Khartoum s'inquiète du retour des « mercenaires » soudanais présents en Libye

A l'heure où la Libye et la communauté internationale multiplient la pression pour le départ de tous les mercenaires et forces étrangères de Libye, Khartoum s'inquiète du retour de « mercenaires » soudanais de la Libye. Lors d'une entrevue à Doha, en marge de la réunion de la Ligue arabe, les deux ministres soudanaises et libyennes des Affaires étrangères, Maryam al-Mahdi et Najla al-Mangoush se sont exprimées sur « ce danger ».

Pour Maryam al-Mahdi, la ministre soudanaise des Affaires étrangères, le retour des mercenaires de Libye représente un danger pour son pays qui cherche encore à se stabiliser. Surtout si ces combattants reviennent avec leurs armes.

Dans un communiqué, Khartoum qui se voit menacé, appelle à considérer la question « comme prioritaire pour la sécurité de la région ». La Libye souhaite de son côté, que les pays voisins apporte « des réponses communes à la question ».

Les deux pays espèrent pouvoir réemployer ces combattants en les intégrants aux forces régulières après formation. Ils demandent à leurs partenaires internationaux une aide pour mettre en place un mécanisme de réinsertion.

L'ONU estime à 11 000 le nombre de combattants soudanais en Libye.

En avril dernier, dix jours après le décès du président tchadien Idriss Déby, le Conseil de sécurité a relevé le risque d'une dispersion des mercenaires présents en Libye dans les autres pays de la région. Le président tchadien est mort dans des conditions toujours imprécises suite à l'incursion de rebelles lourdement armées venant du sud libyen.

Plus de: RFI

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X