Burkina Faso: SICOT 2022 - Six mois pour la promotion de l'événement

Le ministre en charge de l'artisanat, Harouna Kaboré : « Le SICOT devra permettre à l'Afrique de consolider le processus d'industrialisation, comme moteur du développement économique ».

La cité du Cavalier rouge a abrité le vendredi 18 juin 2021, le lancement de la campagne de promotion de la IIIe édition du Salon international du coton et du textile (SICOT), qui aura lieu les 27 et 28 janvier 2022.

En prélude à la troisième édition du Salon international du coton et du textile (SICOT), qui se tiendra en janvier 2022, le ministère de tutelle, à savoir celui de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat, veut tenir le pari d'une organisation réussie, comme celle des éditions précédentes. En effet, il a lancé, le vendredi 18 juin 2021 à Koudougou, la campagne de promotion dudit événement qui va durer six mois.

Le premier responsable en charge de l'artisanat, Harouna Kaboré, a indiqué que durant ces mois et à compter de la date du lancement, il y aura une ouverture de la plateforme d'inscriptions en ligne, pour ceux qui voudront avoir des renseignements sur les conditions de participation. « Ce sera aussi une campagne d'affichage, des missions dans différents pays producteurs du coton, un travail avec les partenaires technique et financier qui accompagnent la filière », a-t-il clarifié. Pour lui, le SICOT est un cadre de réflexion, de rencontre et d'échanges pour la recherche de solutions concrètes aux préoccupations de la chaine de valeur du coton et textile.

A l'entendre, ce salon se présente comme une plateforme internationale, une tribune de valorisation du coton africain par la présentation d'outils modernes de production et de conservation, de promotion de la transformation industrielle et aussi comme des outils de financement et de commercialisation adaptés au secteur. « Le SICOT devra contribuer à stimuler davantage la transformation du coton et la valorisation de ses sous-produits au niveau des pays africains, notamment au Burkina Faso, dont la stratégie nationale d'industrialisation, qui est en marche, permettra d'atteindre les ambitions du programme présidentiel », a soutenu le ministre Kaboré.

Le directeur général de la SOFITEX, Wilfried Yaméogo, a, pour sa part, souligné que le salon est une vitrine pour la viabilité et la visibilité du génie des acteurs de la chaine de valeur du coton, du producteur jusqu'au consommateur, en passant par les différents stades de la transformation. Il a ajouté que les sociétés cotonnières du Burkina, en l'occurrence la SOFITEX, s'inscrivent dans la démarche de valorisation du coton.

1500 professionnels attendus

Le SICOT, de l'avis de M. Kaboré, est un premier salon professionnel tel que imaginé et il est attendu pour cette IIIe édition, 1500 professionnels. L'événement sera meublé par de nombreuses activités. Il y aura une conférence inaugurale autour du thème central qui est : « La transformation locale du coton : quels modèles d'industrialisation pour l'Afrique dans le cadre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) ?», des panels autour de diverses thématiques, des tables rondes, des rencontres d'affaires B to B / B to G, une exposition professionnelle, une foire internationale, des nuits du SICOT, des visites d'entreprises et des sites touristiques.

Comme innovations, il y aura une présentation du projet d'incubateur du coton textile au Burkina Faso, une organisation

de cadre de dialogue et de partage d'expériences entre les investisseurs modèles dans le secteur textile et des étudiants, une compétition des meilleures tisseuses du Faso dan fani. Les organisateurs des nuits de SICOT ont annoncé la venue d'artistes internationaux des pays producteurs du coton et un concours dénommé : « Les voix du slam ». Le ministre Harouna Kaboré a signifié qu'avec le SICOT 2022, il s'agira de magnifier la culture, en faisant un lien avec le "consommons local" et de présenter un visage du Burkina Faso, en vue de faire la promotion des investissements.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X