Madagascar: Maladie génétique - Les drépanocytaires vulnérables au coronavirus

Les drépanocytaires sont vulnérables à la maladie de coronavirus. Au moins deux ont succombé, en cette deuxième vague de l'épidémie.

Double peine

Cindy Edinah Rabarison passe une première fête des pères sans le sien. Son père, un drépanocytaire, a succombé, il y a deux mois, des complications de la maladie à coronavirus. « Les médecins avaient dit qu'il n'y avait plus grande chose à faire pour lui. Son cœur a été abimé, son artère a été bouchée. Ses poumons ont été compressés et ne fonctionnaient plus. Il a été atteint d'une insuffisance rénale. Il a fait une hypoxie cérébrale et était tombé dans le coma, trois jours avant son décès. Il ne s'en réveillait plus», raconte la jeune fille. Cet homme de 49 ans mourrait, un peu plus de deux semaines après l'apparition des premiers symptômes.

Le père et la fille, qui vivaient seuls à Antananarivo, avaient, pourtant, tout fait pour éviter de contracter ce virus. « Mon père était conscient qu'il pouvait passer l'arme à gauche, si jamais, le virus l'attaque. Nous avons respecté à la lettre les gestes barrières. On changeait de vêtements et on prenait la douche, chaque fois qu'on rentrait à la maison. On se lavait souvent les mains. On faisait aussi des inhalations, pour prévenir la maladie. Malheureusement, cela n'a pas suffit à le protéger », déplore Cindy Edinah Rabarison.

Seule à s'occuper de son père, Cindy avait eu le soutien de l'Organisation non gouvernementale Lutte contre la drépanocytose Madagascar (LCDM) Solimad pendant sa maladie.Il a été souligné pendant la célébration de la journée mondiale de la drépanocytose, samedi, que les drépanocytaires figurent dans la liste des personnes vulnérables à la Covid-19. Les drépanocytaires infectés par le virus de Covid-19 souffrent d'une double peine. « Leurs poumons sont fragiles. Ils souffrent déjà d'un problème d'oxygène, suite à une déformation des globules rouges et le coronavirus va compliquer leur maladie. », explique le Dr Monique Razafinimanana, membre, fondatrice de l'ONG LCDM Solimad. La douleur est atroce chez les drépanocytaires infectés par la Covid-19. Même sans cette maladie virale, ils souffrent déjà d'une douleur atroce.

Deux drépanocytaires ont été victimes de la maladie à coronavirus à Antananarivo, lors de cette deuxième vague de l'épidémie à coronavirus. Les drépanocytaires sont incités à se faire vacciner contre la Covid-19.

Traitement coûteux

La drépanocytose est une maladie très lourde, qui nécessite beaucoup de budget, du dépistage à la prise en charge des complications de la maladie. Quatre mille personnes sont déjà suivies et traitées à Madagascar. Mais selon les estimations, 2% de la population serait touchée par cette maladie, soit cinq cent quarante mille personnes. L'anémie, la présence d'une grosse rate, la persistance de fièvre sont les symptômes les plus fréquents de cette maladie. Les médecins encouragent le dépistage qui est disponible au centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona à Ampefiloha.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X