Gabon: Opération de déguerpissement «Libérez les trottoirs» au PK12 de Libreville

Au Gabon, après un ultimatum de 48 heures, les autorités envoient l'armée contre les échoppes des vendeurs de rue de la capitale. L'objectif est de déguerpir tous les commerçants qui vendent illégalement sur les trottoirs. C'est dans le cadre d'une opération d'assainissement baptisée « Libérez les trottoirs », que les soldats sont passés à l'action ce dimanche 20 juin dès 4 heures du matin. Ils ont lancé l'opération au PK12, à la sortie de Libreville.

La pelleteuse de l'armée écrase un à un les étals en bois érigés par les petits commerçants. Yoan étudiant en 2ème année d'économie à l'Université Omar Bongo, les larmes aux yeux, le regard vide, observe la casse. « Les bourses sont suspendues depuis neuf mois, se plaint-il. Il n'y a pas de bourse. Donc vous voyez que là, ils nous mettent vraiment dos au mur ! »

Octogénaire, maman Marie Thérèse Mougoula gagnait sa pitance sur une petite table, et semble aujourd'hui désemparée : « J'ai été virée, là, se désole-t-elle. Il faut nous montrer la place où l'on va vendre ! »

Idem pour Choukrate, une jeune Béninoise, qui subvient aux besoins de sa famille. « J'ai trois petites sœurs. C'est moi qui les nourrit. Ma mère ne travaille plus, mon père est décédé. C'est grave, je ne sais pas comment il faut faire. »

Sans relâche, la pelleteuse ne fait qu'avancer. Dans ce coin, les commerçants tentent de sauver ce qui peut encore l'être.

Beaucoup de Gabonais apprécient cette fermeté de l'Etat. Chaque vendeur payait 1 000 FCFA de taxe par jour. Davy Gatien Ovono Obiang, premier maire du 5ème arrondissement, estime que la sécurité des populations prime sur l'argent. « Je ne suis pas content, admet-il, mais mon problème, c'est de rassurer et de sécuriser les piétons, pour que les piétons marchent sur les trottoirs »

L'opération, qui s'étendra dans tout Libreville et ses environs, durera un mois.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X