Sénégal: Sédhiou / Polémique autour du projet de construction de la route nationale n°4 - Les riverains du tronçon Faoune/Sénoba favorables à ecotra

Les enjeux des travaux de construction de la route nationale N°4 (RN4), qui relie Sénoba à M'pack, dans le Sud du pays, commencent déjà à susciter des réactions divergentes. Les populations riveraines du tronçon entre Faoune et Sénoba dénoncent l'octroi du marché à une entreprise étrangère, au détriment d'une autre du Sénégal. Face à la presse avant-hier, samedi 19 juin 2021, ils ont fait état de leur crainte de perdre la main-d'œuvre locale, dans un contexte de précarité de l'emploi de la jeunesse.

Les travaux de construction de la route nationale N°4 (RN4) reliant Sénoba à M'pack, soit de la frontière avec la Gambie jusqu'à celle d'avec la GuinéeBissau (via Ziguinchor), suscite déjà beaucoup de polémique. Après une bataille juridique des entreprises soumissionnaires, c'est au tour des populations riveraines de la route de prendre le relai. Celles établies entre Faoune et Sénoba ont fait face à la presse, samedi dernier, pour dénoncer le choix porté sur une entreprise étrangère et plaider en faveur d'ECOTRA du Sénégal. Ousmane Keïta, le porte-parole des populations riveraines de ce tronçon déclare que «lorsque la soumission a été faite, c'est une entreprise locale bien sénégalaise qui avait gagné le marché, du nom de ECOTRA. Mais, aujourd'hui, nous voyons qu'il y a une entreprise étrangère du nom de CRSG qui s'active sur le terrain.

Avec ECOTRA, nous sommes plus rassurés compte tenu des avantages qu'elle génère pour la population en termes d'emploi des jeunes. Et pourtant, l'affaire était en justice et s'est soldée par un verdict en faveur de ECOTRA», dit-il. Ces populations soutiennent qu'avec une entreprise locale, il est plus facile de disposer d'une main-d'œuvre bien rémunérée, selon toujours le porte-parole du jour, Ousmane Keïta. «Nous tenons à faire comprendre à nos autorités qu'il est temps de faire confiance à nos propres entreprises et les faire travailler afin qu'elle puissent contribuer au développement local. Ce qui va permettre et faciliter l'emploi des jeunes. C'est aussi une réponse à la question de la migration irrégulière car des jeunes désœuvrés sont plus prompts à prendre les pirogues et le désert qu'à rester oisif sous le toit de leurs parents», a encore souligné Ousmane Keïta, au nom des populations.

A Sénoba, village frontalier avec la Gambie, sur cette partie de la transgambienne, d'autres déclarations de Bantang Sarr et de Fatou Badji sont venues appuyer les propos de Ousmane Keïta, en faveur de ECOTRA. Par ailleurs, ils ont sollicité d'autres services publics comme l'accès à l'eau et l'électricité dans leur zone ainsi que des équipements marchands. La construction de cette route nationale N°4 est très attendue, en raison de son niveau de dégradation très avancé à l'origine de beaucoup d'accidents de la circulation avec un impact très préjudiciable sur l'économie locale et le besoin quotidien des populations.

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X