Afrique: Des ONG internationales interpellent l'UE sur la reprise de la coopération avec le Burundi

Douze ONG internationales de défense des droits de l'homme, dont HRW, la FIDH ou encore l'EurAc, font part dans une « Lettre ouverte » rendue publique ce lundi 21 juin, de leurs préoccupations de voir l'UE s'apprêter à reprendre son aide directe au gouvernement burundais. L'ambassadeur de l'Union au Burundi a annoncé ce lundi 21 juin à Bujumbura que cela vient d'être acté au niveau des groupes d'expert de l'organisation européenne.

Malgré des gestes positifs constatés depuis l'accession au pouvoir d'un nouveau chef de l'État, le général Évariste Ndayishimiye, il y a une année, ces organisations estiment que c'est encore tôt, puisque des violations des droits de l'homme continuent de se commettre dans le pays.

Gisela Castro est la déléguée de la FIDH auprès de l'Union européenne à Bruxelles. Elle explique la prudence des ONG au micro d'Esdras Ndikumana.

Avec le changement de gouvernement de l'année dernière, effectivement, on a eu une certaine ouverture. mais pas de réalisation concrète et aucun progrès concret réalisé sur un certain nombre de problématiques qui sont très importantes pour nos organisations, telles que la situation des défenseurs des droits humains et de la société civile en général, qui est encore en grande majorité contrainte à travailler depuis l'exil, la situation des prisonniers politiques et la lutte contre l'impunité pour les crimes commis en 2015.

Avec le changement de gouvernement, l'Union européenne a repris le dialogue politique avec le Burundi, ce qui est une bonne chose, mais s'apprête à lever toutes les mesures qui avaient été prises, alors qu'aucun changement de fond n'est constaté. Il semblerait que la France soit en tête de ceux qui poussent pour une reprise de la coopération rapide, alors que d'autres, comme la Belgique, ou les Pays-Bas, attendent plus d'engagement concret de la part du Burundi.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X