Congo-Brazzaville: Fête de la musique - L'édition 2021 célébrée en format digital

Depuis l'an dernier sur le territoire national, la célébration de la fête de la musique, chaque 21 juin, a pris une toute nouvelle allure. En lieu et place des scènes blindées drainant des foules immenses, le rendez-vous s'est tourné vers le digital et l'audiovisuel pour des spectacles enregistrés en off et suivis à distance par des milliers d'internautes et de téléspectateurs.

Depuis la proclamation de la fête de la musique, il y a 39 ans, l'événement s'est longtemps reposé sur la spontanéité avec des programmations un peu partout, que ce soit dans les rues, les salles de spectacles, les bars et boîtes de nuit. Mais, cette année, comme en 2020, il est vrai que la manifestation ne sera pas commémorée de la même manière qu'auparavant. La pandémie de covid-19 a tout bouleversé.

A en croire l'Institut français du Congo (IFC), la fête de la musique, était avant l'arrivée de la covid-19, le rendez-vous le plus populaire qui accueillait des milliers de spectateurs sur cinq scènes. Aujourd'hui, l'interdiction des rassemblements de plusieurs personnes et de la tenue des spectacles toujours en vigueur sur toute l'étendue du territoire, a contraint l'évènement à se réinventer en format digital et audiovisuel. A ce propos, l'IFC célèbre la fête de la musique à travers un programme audiovisuel en partenariat avec le festival Pointe-Noire en scène, dont la 6e édition s'est tenue du 19 au 21 juin en ligne. Ainsi, sont proposés au public, deux concerts d'artistes en provenance du Congo, du Bénin, du Cameroun, en passant par Paris et Bruxelles, avec un pont particulier entre Pointe-Noire et Brazzaville, où ont été effectués les enregistrements.

« C'est un plaisir pour le festival d'être accueilli cette année à l'IFC de Brazzaville dans le cadre de la fête de la musique. Malgré cette crise que nous affrontons, nous avons jugé utile de continuer à donner de la voix. Merci à l'équipe du festival, aux partenaires ainsi qu'aux artistes, grâce à qui Pointe-Noire en scène devient une grosse vitrine. Que vive la musique ! », a déclaré Lionel Kombo Debayonne, directeur du festival.

Le jazz, la rumba, le hip-hop, le folklore, le reggae... l'événement a servi au public un cocktail musical explosif mêlant plusieurs genres et thématiques musicaux. Parmi les artistes ayant presté à ce rendez-vous, on cite Teddy Benzo, Young Ace, Spirita Nanda, Fanie Fayar, Mixton, Kevin Mbouande, Jeh'f B, Jana Chief, Monie Kongo, Tela, Bela d'or, Trio journal intime, Soul T, Freud Vinces, Ladipa.

Le temps des deux spectacles, la musique sur scène s'est vue dépoussiérée. Ce qui est également agréable, c'est la convivialité des artistes qui s'adressaient au public à distance, comme s'ils étaient présents dans la salle. Une petite nostalgie qui traduit vivement, mais en silence, leur retour sur scène. A l'image des autres secteurs qui ont repris activement le service avec des activités à public réduit, les artistes n'ont cessé de lancer des cris de détresse depuis plus d'une année. Mais, hélas ! Espérons que d'ici là, leurs prières seront exaucées.

Notons que les deux concerts ont également été diffusés sur les médias nationaux notamment Drtv, Vox Tv, Radio Mucodec et la Radio citoyenne des jeunes. Ils restent disponibles sur les pages Facebook de l'IFC de Brazzaville et du festival Pointe-Noire en scène.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X