Afrique du Sud: Fin du rêve de diamants dans le KwaZulu-Natal

En Afrique du Sud c'est la fin d'un espoir de fortune pour les habitants de la région du KwaZulu-Natal à l'Est du pays. Depuis le 12 juin plusieurs milliers de personnes ont afflué après la découverte par un berger local, de ce qu'ils pensaient être un gisement de véritables diamants. Les autorités ont mis fin au suspense et aux rassemblements en annonçant dimanche 20 juin qu'il s'agit seulement de quartz.

C'est l'aspect transparent des petits minéraux qui a donné de l'espoir aux mineurs improvisés. Mais ce sont des cristaux de quartz communs dans cette zone, selon le ministre de l'Économie de la région, dont « la valeur doit encore être évaluée, mais elle est très basse, voire nulle comparée à celle des diamants ».

Une ruée révélatrice de la pauvreté régionale

Avant de faire analyser les supposés diamants par des géologues, le gouvernement local avait mis en garde les Sud-Africains qui pensaient « devenir millionnaires » grâce à ces pierres. Il avait aussi exprimé son inquiétude face au « risque énorme » causé par les attroupements, alors que l'Afrique du Sud est submergée par sa 3e vague de coronavirus. À son pic d'affluence, le terrain d'environ 50 hectares, désormais couvert de trous de plus d'un mètre de profondeur, a attiré près de 5 000 personnes.

Le ministre Ravi Pillai a rappelé que cette exploitation minière est illégale et a demandé à la population de quitter les lieux avant que la police ne doive intervenir.

Selon le gouvernement local, cette ruée vers les supposés diamants est révélatrice de l'état de pauvreté de la population de la région. Lors de l'annonce le ministre a d'ailleurs promis de venir en aide à la province en rénovant les routes et en améliorant la gestion de l'eau.

Plus de: RFI

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X