Mali: Attaque contre une position de Barkhane

Une patrouille mixte de la force française Barkhane et des Fama, l'armée malienne, dans les rues de Ménaka (photo d'illustration).

Faut-il y voir une action de représailles ?

Les forces françaises de l'opération Barkhane ont été la cible d'une attaque au Sud de Gao au Mali, plus précisément dans le quartier Kaïgourou non loin du dispensaire Anne Marie Salomon. A ce qu'on dit, c'est un véhicule piégé qui s'est lancé contre une position de Barkhane, blessant trois soldats. La réaction des troupes françaises ne s'étant pas fait attendre, les Kamikazes ont été tués. Cette attaque, faut-il le rappeler, intervient au lendemain de l'annonce, par la France, de la mort d'un leader religieux du Groupe de soutien à l'Islam et aux musulmans (GSIM) affilié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (AGMI).

Abou Abderahman al Maghrebi alias Ali Maychou, puisque c'est de lui qu'il s'agit, a été neutralisé dans la zone dite des trois frontières entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Les djihadistes ont-ils voulu venger la mort d'un des leurs en s'en prenant frontalement à une position des troupes françaises ? Tout porte à le croire. Car, les terroristes sont ainsi faits qu'ils ne s'avouent pas vaincus. Tant et si bien que même acculés jusque dans leurs derniers retranchements, ils multiplient les actes de désespoir, espérant ainsi faire rendre gorge au camp d'en face.

La situation sociopolitique du Mali ne prête pas à l'optimisme

C'est pourquoi cette attaque en plein jour contre Barkhane, doit constituer une alerte pour ne pas dire un avertissement à toutes les forces armées du Mali, du Burkina et du Niger qui doivent veiller au grain en gardant l'arme au pied. Car, à la moindre inattention, les terroristes sont capables de frapper là où on les attend le moins ; tant ils aiment les action d'éclat. Malheureusement, la situation sociopolitique du Mali ne prête pas à l'optimisme. Elle est telle que les lignes, en matière de lutte contre l'insécurité, ne bougent pas.

Bien au contraire, il faut craindre le pire surtout qu'après le coup de force contre les autorités de la Transition, la France a suspendu ses patrouilles conjointes et les Etats-Unis, leur coopération militaire. Et comme pour ne rien arranger, le front social menace de rentrer en ébullition si ses revendications ne sont pas prises en compte. Il avait même lancé un ultimatum au Premier ministre Choguel Kokalla Maïga qui fait des pieds et des mains pour désamorcer la crise.

Pendant ce temps, les signataires de l'Accord d'Alger se disent marginalisés et accusent les autorités de Bamako de faire dans le dilatoire pour ne pas respecter leurs engagements. C'est dire à quel point le tableau demeure sombre. Car, tout se passe comme si pendant que les troupes étrangères se battent pour défendre l'intégrité du territoire du pays de Soundjata Kéita, les Maliens, entre eux, se battent pour des intérêts personnels et ce, au moment même ou brûle la Nation. C'est tout simplement déplorable !

Plus de: Le Pays

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X