Cote d'Ivoire: La start-up ivoirienne de transport Moja Ride s'associe à O-CITY de BPC pour sa prochaine phase de croissance dans l'innovation de la mobilité

communiqué de presse

Londres Et Abidjan, Côte d'Ivoire — Moja Ride, une start-up ivoirienne qui propose un système de réservation et de paiement sans espèces pour les services de transport à Abidjan, a annoncé aujourd'hui son partenariat avec O-CITY pour sa prochaine phase d'innovation numérique et son expansion future.

Fondée en 2020, Moja Ride est une application qui permet aux voyageurs de réserver et de payer leurs trajets par transmission numérique, tout en permettant aux opérateurs de transport de gérer leur flotte, leurs itinéraires et leurs méthodes de paiement.

L'application est disponible à Abidjan, la capitale de la Côte d'Ivoire, qui compte plus de 35 000 taxis collectifs (« Woro-Woro ») et 8 000 minibus (« Gbaka ») - tous gérés indépendamment par les propriétaires des véhicules. Depuis son lancement, Moja Ride a gagné une part de marché croissante dans les multiples services de transport de la ville, soutenant plus de 1 200 taxis et bus. L'entreprise prévoit de poursuivre sa croissance en favorisant l'innovation dans les services de mobilité à Abidjan et ailleurs en Afrique de l'Ouest, avec l'aide de O-CITY - une solution leader de perception automatique des tarifs qui fonctionne dans 130 villes du monde.

Grâce à sa plateforme Open loop, O-CITY permettra aux chauffeurs de transports publics d'accepter différentes méthodes de paiement de la part des passagers, notamment le code QR, la technologie NFC et les cartes prépayées telles que la « Moja Carte » qui peut être rechargée pour payer les transports publics. La recharge s'effectue soit par le biais de son crédit mobile, soit par un réseau d'agents. Les opérateurs de transport, les propriétaires et les conducteurs peuvent également suivre leurs revenus en temps réel et gérer leur flotte pour la première fois.

« Le secteur des transports publics dans le monde entier entre dans une nouvelle ère qui devient de moins en moins dépendante des solutions de paiement propriétaires en circuit fermé. L'Afrique étant aujourd'hui le berceau du leapfrogging, chez Moja Ride nous croyons en un avenir de la mobilité avec un paiement ouvert et sans friction pour toutes les parties prenantes. Nous pensons que la technologie d'O-CITY peut nous aider à accélérer la mise en place d'une expérience de paiement sans faille pour les passagers ainsi qu'une plus grande transparence et efficacité pour les fournisseurs de transport », a déclaré Jean-Claude Gouesse, fondateur de Moja Ride.

« Aujourd'hui, la nature cloisonnée du marché de la mobilité avec des milliers de propriétaires rend difficile la transparence en termes de tarification et de gestion opérationnelle. La dépendance à l'égard de l'argent liquide comme principale méthode de paiement des tarifs des courses crée une expérience peu sûre et dangereuse pour les usagers et les conducteurs. Grâce à notre partenariat avec O-CITY, Moja Ride peut répondre rapidement aux besoins des conducteurs, des usagers, des propriétaires de véhicules et des institutions financières qui recherchent davantage de transparence pour faciliter les processus de prêt. Les conducteurs gagnent en efficacité pour favoriser la croissance de leur entreprise, tandis que les voyageurs peuvent utiliser l'application pour planifier leur voyage et monter et descendre des transports publics plus rapidement grâce aux paiements numériques - tout en contribuant à réduire la propagation de la transmission de virus par la manipulation d'espèces. »

Tokhir Abdukadyrov, directeur de O-CITY, a déclaré : « Nous sommes ravis que Moja Ride nous ait choisis comme partenaire privilégié. Avec notre soutien, l'entreprise peut réaliser sa mission de faciliter les déplacements des voyageurs et des opérateurs de transport grâce à la transformation numérique. O-CITY permet aux voyageurs de payer en utilisant leur carte ou tout autre moyen de paiement et répond aux exigences de distanciation sociale et de précaution sans contact. Cela permettra non seulement d'améliorer la qualité des transports publics du pays, mais aussi de mettre Moja sur la voie d'une plus grande domination de l'espace des paiements sans contact en Côte d'Ivoire et au-delà. »

Le partenariat de Moja avec O-CITY fait suite à une série de levée de fonds qui inclue des investisseurs mondiaux de premier plan, dont Orange Ventures et, plus récemment, Toyota Tsusho Corporation (« Toyota Tsusho ») et sa société de groupe CFAO SAS (« CFAO »). La société a également remporté le prestigieux prix spécial Mobility54 lors de la conférence Startups in AFRICA, organisée par Nikkei Inc. (« Nikkei ») et l'Agence japonaise de coopération internationale (« JICA »).

À propos de O-CITY

Adoptée par plus de 130 villes dans le monde, O-CITY est une solution innovante de perception automatique des tarifs, conçue par BPC, une entreprise leader dans le domaine de la banque et des paiements, qui compte plus de 350 clients dans 95 pays. O-CITY est né de la vision de la numérisation des micropaiements comme moteur essentiel d'une économie sans argent liquide tout en améliorant le bien-être des citoyens. Avec O-CITY, le gouvernement, les opérateurs de transport public et les commerçants peuvent offrir des services de paiement fluides à chaque point de contact en s'appuyant sur des technologies intelligentes, numériques et ouvertes. (péage, bus, train, métro, parking, location de vélos ou attraction touristique de la ville). Les citoyens peuvent se déplacer librement et effectuer des paiements rapides à l'aide de leur téléphone portable ou de leur carte bancaire existante, supprimant ainsi le besoin d'argent liquide ou de faire la queue à un guichet.

Plus de: PR Newswire

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X