Congo-Kinshasa: Chassez le naturel!

Scandaleux ! C'est le moins que l'on puisse dire. Cet adjectif ne saurait résumer la première réaction des millions de congolais qui ont appris à travers les médias, une prétendue dotation prochaine des Jeeps aux Députés de l'Union Sacrée de la Nation élargis à de ceux de l'Opposition.

Ce cadeau pour démontrer, soi-disant la grandeur du cœur du Président Félix Tshisekedi, ne serait pas un prêt mais une récompense pour ces élus du peuple. Cette nouvelle, quelle que soit sa nature, vraie ou fausse, est tombée comme un cheveu dans la souple jusqu'au point que les médias en ont fait leur chou-gras. En même temps, elle est venue confirmer cette thèse, selon laquelle, la RD Congo n'est pas simplement un « scandale géologique » de par ses richesses de son sol et son sous-sol. De Mobutu à Tshisekedi fils, en passant par les deux Kabila, l'arène politique excelle aussi bien dans des scandales qui font La Une d'actualité chaque deux semaines.

La corruption par ci, détournement ou pot-de-vin par là, c'est le peuple d'abord qui sort souvent perdant à cause de ses dirigeants qui font preuve d'égoïsme. Tout compte fait, loin de prendre partie, la réunion des Députés de l'Union sacrée, tenue au Fleuve Congo Hôtel le 18 juin dernier et présidée par Mboso N'kodia, speaker de l'Assemblée nationale continue à faire parler d'elle. A l'en croire, à première vue, cette dotation n'est pas un prêt. "Le Président de la République a décidé qu'on donne à tous les 500 députés.

C'est grâce à cela que tous les Députés vont bénéficier de ces jeeps... si on était discriminatoire, on aurait donné ces jeeps qu'à ceux qui ont combattu le bon combat, mais par patriotisme, le Chef de l'Etat donne à tous les Députés ", disait-il. Et ce, avant que la cellule de communication de l'Assemblée nationale fasse une mise au point pour dénoncer une fois de plus, "la mauvaise foi d'une certaine classe politique en mal de positionnement qui cherche à soulever des vagues de vent, même quand le temps et l'occasion ne s'y prêtent pas".

Cette polémique stérile ou puérile pour les uns, serait une preuve de corruption qui régnerait au sein du parlement congolais. Pendant ce temps-là, le silence radio de la présidence de la République à ce sujet suscite une forte préoccupation au sein de la majorité silencieuse, cette même classe sociale inférieure et pauvre qui croupit à cause de la faim. Elle n'a besoin que de l'eau, du pain au quotidien, de l'égalité, de l'équité et de la justice indépendante pour vivre en paix. Pays des scandales, c'est ce que d'aucuns pensent de la RD Congo, qui ne semble pas tirer de ses erreurs. «Chassez le naturel, il revient au galop », dit-on.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X