Angola: L'opposition exprime sa déception face aux résultats de la révision constitutionnelle

Luanda — Le groupe parlementaire UNITA et huit députés indépendants ont exprimé lundi qu'ils n'étaient pas d'accord avec les résultats des discussions sur le projet de loi de révision constitutionnelle, qui sera voté globalement ce mardi (22).

Lors d'une conférence de presse conjointe, le président du groupe parlementaire de l'UNITA, Liberty Chiaka, sans révéler quel sera le vote de son parti, a seulement déclaré qu'ils voteraient de manière patriotique, en tenant compte de l'ensemble du processus, de ses gains et de ses revers.

Pour Liberty Chiaka, le processus de révision constitutionnelle ne doit pas être engagé, sans avoir d'abord eu une large consultation publique, qui a eu lieu ensuite, mais d'une manière qu'il a considéré comme "très ténue".

Il a ajouté que la fiscalisation de l'Exécutif est l'un des aspects qui a subi des revers majeurs, puisqu'elle a été réduite à la durée du mandat, remettant en cause le principe de continuité de son action.

De même, il a considéré comme un autre point de fracture la question de l'administration électorale, qui, à son avis, ne devrait pas intégrer les concurrents, et, dans le cas de leur intégration, se faire sur la base de l'égalité.

Il a conclu que les efforts de son parti visaient à créer une Constitution qui défendrait la souveraineté et non les formations politiques.

Pour sa part, le député indépendant Leonel Gomes a fait valoir qu'une excellente occasion d'améliorer l'actuelle Constitution de la République d'Angola (CRA) était perdue.

Il a également souligné la nécessité de dépolitiser l'Exécutif, les incompatibilités entre les postes de Président de la République et du parti, ainsi que les gouverneurs de province et les administrateurs municipaux, avec les fonctions du parti, ainsi que la création d'outils pour que l'Assemblée nationale ( NA) puisse inspecter l'Exécutif.

Après avoir été généralement approuvée, avec une majorité qualifiée des 2/3 (deux tiers), la Proposition de révision ponctuelle de la Constitution, initiée par le Président de la République, a été transmise à la 1ère Commission de l'AN, qui a établi le Projet de loi de révision constitutionnelle, discuté en plusieurs sessions.

La proposition prévoit de modifier 28 articles, d'en éditer six et de procéder à quatre révocations. Il s'agit de la première initiative de révision de la Constitution de la République, en vigueur depuis le 5 février 2010.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X