Gabon: Réaménagement du domaine public - Les commerçantes virées des trottoirs

L'opération "libérer les trottoirs" est effective depuis le dimanche 20 juin 2021. Cette initiative du gouvernement, ne serait pas du tout en phase avec les commerçantes qui s'étaient installées pour écouler leurs marchandises, qui, pour exprimer leur mécontentement, ont manifesté aux carrefours IAI et OKALA.

Cette opération n'est pas à son premier round au Gabon. Les trottoirs du grand Libreville seront une fois de plus débarrassés de tout ce qui les encombrent, notamment, les étales de commerces, les épaves de véhicules, les garages et ateliers de vulcanisateurs, les kiosques et autres terrasses qui obstruent le passage des piétons.

Cette opération fâche les commerçantes qui écoulent leurs marchandises aux abords de la route. Elles déplorent le fait que le gouvernement n'ait pas pensé à les sensibiliser au préalable, afin qu'elles se préparent à partir. Les 48h accordées n'étaient pas suffisantes selon elles. Même si elles acceptent de libérer les trottoirs, ces dernières espèrent que les autorités les dédommageront et accepteront de dialoguer avec elles pour régler ce différend.

Ces commerçantes fautes de marchés pour les accueillir vendent leurs produits sur les domaines publics afin de nourrir leurs familles. De facto, elles paient quotidiennement les taxes municipales du fait qu'elles occupent ces espaces publics. « Si elles sont dans l'anarchie, pourquoi les agents de la mairie passent-ils chaque jour percevoir les taxes » s'interroge le président de l'association des commerçants. Les commerçants en général réclament un marché pour les accueillir.

Cette opération qui devrait s'étendre sur un mois est lourde de conséquences. Les trottoirs seront libérés certes, mais plusieurs personnes perdront par la même occasion leur bout de pain. Un compromis doit être trouvé entre toutes les parties concernées, surtout en cette période de crise sanitaire à laquelle s'ajoute une crise économique.

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X