Cameroun: Probatoire général - Place à l'écrit

Les candidats affrontent depuis hier les épreuves dans les sous-centres d'examen du Cameroun. En ouverture, littérature et culture générale pour tous.

Un seul absent pour l'ensemble du sous-centre d'examen. Au collège Charles et Thérèse Mbakop au quartier Bastos à Yaoundé, les 610 candidats au probatoire de l'enseignement général ont bravé la pluie hier matin pour attaquer les épreuves écrites. Un sous-centre dédié aux candidats des séries littéraires. « Ils viennent de 11 établissements rattachés, dont les lycées de Nkol-Eton, de Ngoussso, d'Emana et d'autres collèges », relève Apollinaire Assonna, chef du sous-centre. Les candidats ici appartiennent principalement aux séries A4 espagnol (451), bilingue allemand (63), chinois (44), bilingue espagnol (23), italien (26) et bilingue chinois (3).

A environ deux kilomètres de là, le sous-centre du Lycée bilingue de Nkol-Eton dispose d'un plus gros contingent. 1190 candidats inscrits, 29 absents au lancement des épreuves le matin. « Nous accueillons les candidats de toutes les séries. Nous avons spécifiquement les candidats déficients auditifs, moteurs ou visuels qui nous permettent d'avoir jusqu'à la série Technologies de l'information », relève Mme Mohamadou Kingui, chef du sous-centre. En effet, 30 candidats ayant un déficit sont répartis dans deux salles d'examen. Ils composent dans les séries littéraires et scientifiques. « Nous avons lancé les épreuves à 8h pour tout le monde. Les candidats déficients bénéficient d'un timing supplémentaire. Ils ont le tiers du temps prévu en plus par rapport aux autres. Parce qu'on prend le temps de leur expliquer l'épreuve ou de la retranscrire en braille pour les déficients visuels, avant qu'ils ne démarrent », indique Mme Mohamadou Kingui.

Quelle que soit la série, tous ont démarré avec l'épreuve de Littérature ou Culture générale avec trois sujets au choix. Chez les littéraires, le premier consistait à effectuer une contraction du texte extrait de « Le Fait culturel » de l'auteur Gérard Montassier. Proposition 2, le commentaire composé d'un dialogue, extrait de « La Marmite de Koka Mbala » de Guy Menga. A la dissertation : « Le roman n'est pas pour moi témoignage, description, mais action, une action au service de l'homme. » Les candidats ont été interrogés sur la finalité du roman, à la lumière des leçons vues en classe. Cette épreuve a duré quatre heures pour les candidats des séries littéraires pour coefficient 3. Les scientifiques n'y ont passé que trois heures, avant de passer à l'épreuve de langue française. Ce mardi, le programme prévoit la philosophie, l'anglais et l'éducation à la citoyenneté chez les littéraires. Les scientifiques quant à eux composent en mathématiques, anglais et éducation à la citoyenneté. Pour cette session 2021, l'Office du baccalauréat enregistre 236 081 candidats sur l'ensemble du territoire. La région du Centre est en tête avec 70 656 candidats.

Plus de: Cameroon Tribune

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X