Congo-Brazzaville: Secteur social - Le gouvernement veut règlementer le droit de grève

Le gouvernement va soumettre un projet de loi au parlement afin d'éviter que les grèves dans les secteurs de la santé et de l'éducation n'empêchent d'assurer la continuité du secteur public, a indiqué le Premier ministre Anatole Collinet Makosso le 21 juin à Brazzaville, lors de la présentation du programme d'action du gouvernement devant l'assemblée nationale.

« La grève est un droit fondamental garanti par notre Constitution. Cependant, le gouvernement réprouve les grèves qui ne respectent pas l'obligation d'assurer la continuité du service public surtout dans le domaine de la santé. L'exercice du droit de grève n'est pas tolérable lorsqu'il porte atteinte aux droits à la santé, à la vie, à l'éducation des citoyens », a-t-il déclaré.

Il y a quelques jours encore, l'atmosphère dans la capitale était rythmée par les concerts de casseroles : revendication d'intégration, réclamation d'arriérés de pensions, de salaires... Le calme est revenu mais les revendications sociales demeurent. Les agents du Centre hospitalier de Brazzaville qui étaient en grève l'ont suspendue le temps de prendre langue avec le ministre de la Santé et de la Population.

A Dolisie, l'hôpital général est en grève. Par ailleurs, les enseignants volontaires, finalistes des écoles professionnels d'enseignement font valoir de temps en temps le droit de grève à cause des arriérés impayés.

Selon le Premier ministre, un projet de loi règlementant l'exercice du droit de grève dans les secteurs de la santé et de l'éducation sera soumis au parlement dans les prochains jours. Il faut attendre pour en découvrir les contours et la teneur.

Pour plusieurs syndicats, la seule manière pour le gouvernement de réguler les grèves est d'honorer ses engagements. Du pain sur la planche, pour l'exécutif qui fait face aux effets des crises financière, économique et sanitaire que connait le pays.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X