Sénégal: Gestion du Massif du Fouta Djallon - Le Comité de pilotage du Prai-Mfd planche sur l'exécution du projet

La cinquième réunion du Comité de pilotage du projet de gestion intégrée des ressources naturelles du massif du Fouta Djallon (Prai-Mfd) s'est ouverte ce 22 juin 2021 à Dakar. Au cours de cette rencontre de quatre jours (22 au 25 juin), les participants feront le point d'exécution du projet au niveau de chacun des 8 Etats membres.

Il sera également question de faire le point sur les enjeux et défis liés à la participation des Etats et des organismes de bassin dans la préservation et la gestion durable du massif ; de discuter et faire des recommandations sur le rapport de la revue a mis parcours du

projet ; de passer en revue la contribution des huit pays membres et définir un mécanisme pour un compte rendu périodique et d'apporter des contributions pour le choix d'un arrimage institutionnel et juridique efficace du Prai-Mfd à la Commission de la Cedeao.

Fonctionnaire principale chargée de Politiques au Bureau sous régional de la Fao pour l'Afrique de l'Ouest, Mme Stephen Tchicaya Bintia, a rappelé que c'est au cours de la Conférence Internationale sur les sols, tenue à Dalaba (Guinée) en 1959 que la communauté internationale a reconnu la nécessité d'une démarche régionale pour l'aménagement intégré du Fouta Djallon.

Ce n'est toutefois qu'au début des années 70, au lendemain de la sécheresse dans le Sahel, qu'il a été décidé, lors de la trente troisième session du Conseil des Ministres de l'Organisation de l'Unité Africaine (Oua), tenue à Monrovia (Liberia), de mener une action concertée sous l'égide de cette même organisation. L'Oua, en partenariat avec le Pnue, la Fao, l'Unesco et l'Unso, a donc mis en place le Programme régional d'aménagement intégré du massif du Fouta Djallon (Prai-Mfd). Ce programme concerne les huit pays tributaires des eaux provenant du massif: la Gambie, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et la Sierra Leone.

«L'objectif du Prai-Mfd est « de garantir la protection et l'utilisation rationnelle des ressources naturelles du massif afin de contribuer à améliorer les niveaux de vie de la population vivant dans les hauts plateaux », a-t-elle dit.

La Fao se félicite en effet, de pouvoir organiser cette réunion de préparation du comité de pilotage et participer activement, aux côtés des Gouvernements membres de ce projet pour la mise en œuvre de cet important projet qui contribuera sans nul doute à améliorer la protection de l'environnement, les écosystèmes du Massif et améliorer les moyens de subsistance des populations vivants dans le Massif.

A La Une: Economie, Affaires et Finance

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X