Afrique Centrale: La CEEAC veut développer les infrastructures de communication électronique

Le ministre des Postes et des Télécommunications, Léon Juste Ibombo, a pris part le 22 juin par visioconférence à la séance de travail des experts des Etats membres de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (CEEAC), dédiée à l'examen des documents de travail relatifs à la tenue de la réunion des ministres en charge des Technologies de l'information et de la communication (TIC).

Lors de cette rencontre, les experts ont échangé sur certains points phares de la prochaine réunion des ministres des TIC sur l'adoption de la méthodologie analytique de priorisation des projets du Plan d'action consensuel de déploiement des infrastructures de communication électronique de l'Afrique centrale (Pacdice-ac) qui se tiendra ce 24 juin.

Il s'agissait pour ces derniers d'examiner la note stratégique sur la priorisation des projets du Pacdice-ac ; la feuille de route 2021 de mise en œuvre du Pacdice-ac et la déclaration des chefs d'Etat sur le développement des infrastructures de communication électronique dans la sous-région.

« L'examen approfondi de ces documents permettra de disposer des documents de qualité à soumettre à la réunion des ministres en charge des TIC pour approbation », a indiqué le ministre Léon Juste Ibombo à l'ouverture des travaux.

Conscient de la situation du développement des infrastructures en Afrique centrale, il a estimé que la CEEAC a tout intérêt à prioriser les infrastructures de communication électronique sur la base d'une méthodologie ayant fait ses preuves dans le processus de priorisation des projets d'infrastructures au niveau continental.

La CEEAC s'est réjouie de la tenue de cet atelier qui permettra l'amélioration des documents proposés. « Votre responsabilité est grande pour le développement de ce secteur qui connaît encore un déficit », a relevé un représentant de la commission de la CEEAC.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X