Sénégal: L'ANER annonce l'installation de 115 000 nouveaux lampadaires

Somone (Mbour) — Le directeur général de l'Agence nationale pour les énergies renouvelables (ANER), Djiby Ndiaye, a annoncé lundi que 115 000 nouveaux lampadaires solaires seront installés à travers le pays.

"Nous avons presque fini d'exécuter la première phase de 50 000 lampadaires avec plus de 48 000 unités installées. Nous préparons la deuxième phase de 115 000 lampadaires, qui devrait démarrer d'ici la fin de l'année", a-t-il notamment dit.

Il a rappelé que le projet d'installation de lampadaires solaires, initié par le président de la République, a été confié au ministère du Pétrole et des Energies à travers l'ANER. Il explique qu'il vise la généralisation de l'usage de l'éclairage public solaire sur tout le territoire national.

"Nous attendons juste la signature pour pouvoir lancer le marché. Toutes les communes qui n'ont pas pu bénéficier de la première phase vont être servies dans la deuxième phase", a assuré M. Ndiaye à l'ouverture, mardi à Somone, d'un atelier de sensibilisation sur le financement des projets d'usage productif des énergies renouvelables.

La rencontre, organisée à l'initiative de l'ANER, entre dans le cadre du programme "Grüne Bürgerenergie Sénégal" (Energie verte pour les citoyens d'Afrique), une initiative du ministère allemand de la Coopération mise en œuvre dans neuf pays d'Afrique dont le Sénégal, à travers la GIZ.

"Nous avons remarqué qu'il y a beaucoup de projets, surtout les équipements productifs, qui ne parviennent pas à trouver de financement. Nous avons vécu l'expérience en tentant d'installer des pompes dans la zone des Niayes, avec un schéma de financement qui devait faire intervenir des institutions financières", a expliqué le DG de l'ANER.

Djiby Ndiaye estime que les institutions financières ne comprennent pas assez les enjeux relatifs aux équipements productifs, aux énergies renouvelables ainsi que le potentiel du marché. L'énergie solaire et renouvelable en général présente un marché avec une forte potentialité qui s'agrandit rapidement au Sénégal comme dans plusieurs autres pays d'Afrique, selon un document portant sur l'atelier.

"La particularité des projets d'énergie renouvelable est qu'ils nécessitent d'importants investissements initiaux, mais n'impliquent pas beaucoup de coûts opérationnels par la suite. Ce qui rend très probable que les investissements initiaux soient rentables à moyen et long terme", ajoute le document.

"Pour combler l'écart entre les investissements initiaux et les avantages financiers qui en découlent, il faut des conditions de prêt et de garantie abordables. Un lien fort entre les énergies renouvelables et le secteur financier est donc essentiel au bon fonctionnement du marché", conclut-il.

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X