Cote d'Ivoire: Pluies diluviennes/Conseils du Gspm - Ces gestes qui sauvent en cas de sinistre

Les pluies diluviennes, pour cette année 2021, ont déjà démarré. Le 21 juin, lors d'un échange avec les sapeurs-pompiers de la caserne de l'Indénié à Adjamé, les agents ont livré quelques conseils pratiques qui pourraient aider les populations à sauver des vies en cas d'inondation.

« Si l'on est à son domicile et qu'on constate une montée des eaux, il faut rapidement évacuer pour se mettre en un lieu sûr avec tous les membres de la famille, sans se soucier du matériel qu'on abandonne », explique le lieutenant Charles Kouakou, qui parlait sous l'autorité du colonel Marc Essia, chef des opérations du Groupement des sapeurs-pompiers militaires (Gspm).

Il exhorte notamment les usagers de la route à la prudence. « S'il y a un débit élevé de l'eau ou un courant d'eau, il ne faut pas l'affronter. Il est préférable de rebrousser chemin au lieu de chercher à avancer. Le cas échéant, si le véhicule est déjà envahi par l'eau, il faut en sortir, soit se mettre au-dessus et appeler les secours ou si possible quitter la zone en abandonnant son engin purement et simplement », ajoute notre interlocuteur.

Certaines personnes habitent des maisons qui, parfois, présentent des risques. L'on peut le remarquer par des fissures sur les murs. Il est bon de s'en éloigner en changeant de domicile, pendant cette saison pluvieuse. Le Gspm dispose d'un service prévention.

Au dire du lieutenant Charles Kouakou, il peut aussi être alerté ou d'autres services du ministère de la Construction pour constater et évaluer le risque d'écroulement. En outre, les secours peuvent aussi intervenir pour des cas de malaise ou maladie pendant les fortes pluies, alors que le domicile est dans une zone inondable ou difficile d'accès. « Ceux-ci peuvent appeler les pompiers qui, eux, viendront à leur secours pour les évacuer dans le centre de santé le plus proche », assure l'officier.

Charles Kouakou exhorte surtout les populations à la responsabilité en cette période délicate, en évitant les fausses alertes. « C'est regrettable. On est dans une période sensible et appeler les agents alors qu'il n'y a pas d'incident ni de sinistre, on perd le temps en déplaçant le matériel en vain, pourtant d'autres personnes qui ont véritablement besoin de secours sont dans l'attente », confie-t-il. Avant d'ajouter que le Gspm ne dispose pas assez d'engins pouvant couvrir tout le territoire national. Les agents et le matériel sont souvent la cible de personnes se plaignant de certains cas de retard.

« On essaie de réduire les délais d'attente. C'est pourquoi nos véhicules sont prépositionnés à certains endroits. A cela, il faut ajouter les nombreux embouteillages qu'il faut affronter pour rallier le lieu d'intervention, sans oublier l'état des voies dans des zones plus reculées », réagit-il. Appelant à une multiplication des casernes à travers la ville d'Abidjan.

Pendant les pluies diluviennes du week-end dernier (Samedi 19 au dimanche 20 juin 2021), les sapeurs-pompiers militaires n'ont pas enregistré de victimes à Abidjan. Toutefois, ils sont intervenus pour plusieurs cas d'inondation : 7 cas dans la commune de Cocody et un cas respectivement à Adjamé, Treichville et Attécoubé. L'opération dans ces différents quartiers a consisté à une mise en sécurité des personnes en détresse.

180 ; 01 01 80 13 28 / 01 03 01 90 94. Tels sont les différents numéros sur lesquels l'on peut joindre le Gspm. Les populations peuvent aussi envoyer des images, les vidéos et l'adresse à laquelle le sinistre est observé au numéro whatsapp : 05 44 85 09 50.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X