Congo-Kinshasa: L'Inspection générale des finances recadre les gestionnaires des entreprises publiques

Des mandataires d'entreprises et d'établissements publics, comme la régie des eaux, celle de l'électricité ou encore celle des voies aériennes, sont accusés de mauvaise gestion par l'Inspection générale des finances.

Des sanctions devraient bientôt être infligées contre les gestionnaires épinglés. En attendant, le conseil des ministres a déjà décidé de leur suspension préventive.

Selon le rapport de l'IGF, nombre de présidents de conseils d'administrations, de directeurs généraux et directeurs généraux adjoints de ces entreprises et établissements publics ont transformé le portefeuille de l'Etat en une mangeoire privée. La pratique a duré plusieurs années, font remarquer de nombreux observateurs.

Le Phare, journal proche du nouveau pouvoir, parle de lignes de dépenses qui rapportaient mensuellement à ces mandataires beaucoup d'argent, jusqu'à 100 000 dollars américains. Jetons de présence, loyers parallèles, frais de missions et de représentation, soins médicaux, indemnités kilométriques ou communications prépayées, etc.

Passation de marchés

Les inspecteurs des finances, déployés dans ces entreprises ou établissements publics, ont constaté aussi que beaucoup de mandataires violent la législation relative à la passation des marchés publics. Pendant que ces mandataires et leurs parrains politiques s'enrichissent au détriment du Trésor public, le personnel, lui, accumule des mois sans salaire.

Selon nos sources, une structure sera bientôt mise en place pour sanctionner la mauvaise gestion dénoncée par l'IGF. Ce cadre opérationnel devrait être composé de délégués de la présidence de la République, de la primature, des ministères de tutelle des entreprises et établissements visés, ainsi que du ministère du Portefeuille qui les chapeaute tous.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X