Afrique: Environnement - La sécheresse est la " prochaine pandémie ", d'après l'ONU

L'Organisation des Nations unies (ONU) alerte sur les dangers de l'aridité, un risque largement sous-estimé, selon les experts, dans un récent rapport.

" La sécheresse est sur le point de devenir la prochaine pandémie et il n'existe aucun vaccin pour la guérir", a alerté la représentante spéciale pour la réduction des risques de catastrophe, Mami Mizutori, à l'occasion de la publication du rapport "Sécheresse 2021" de l'ONU.

Environ 1,5 milliard de personnes ont été directement touchées par la sécheresse, entre 1998 et 2017, et le coût économique sur cette période a été estimé à 124 milliards de dollars. Des chiffres probablement en-dessous de la réalité, selon ce rapport.

Elle est devenue un phénomène généralisé qui ne touche pas que les régions arides d'Afrique. Les États-Unis, l'Australie et le sud de l'Europe ont déjà connu des épisodes d'assèchement. D'ici la fin du siècle, presque tous les pays en souffriront d'une manière ou d'une autre, assure l'ONU. C'est une menace pour l'agriculture, les transports, le tourisme, l'industrie, la production d'énergie, la lutte contre la pauvreté... Des déplacements de population sont également à prévoir.

Près de 700 millions de personnes pourraient devoir migrer d'ici 2030. Comme la pandémie, la sécheresse cause des dommages " par ricochet", a expliqué Mami Mizutori. Les pays qui ne sont pas concernés peuvent en subir les conséquences, notamment à travers une hausse des prix des denrées alimentaires, avertit-elle.

En cause, l'agriculture intensive. La revue "Nature Communications" rapporte que près de 40% des importations agricoles de l'Union européenne pourraient devenir " très vulnérables " à la sécheresse d'ici le milieu du siècle. L'augmentation du risque de ce phénomène s'expliquerait par le réchauffement climatique et par l'activité humaine : mauvaise utilisation des ressources en eau; agriculture intensive; déforestation; surutilisation d'engrais et de pesticides...

L'ONU appelle les Etats à réglementer la façon dont l'eau est extraite, stockée et utilisée, ajoutant que des techniques avancées de prévision météorologique sont désormais disponibles. A quelques mois de la Cop26 qui aura lieu en novembre à Glasgow(Ecosse), l'ONU compte utiliser ces données pour peser sur les débats.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X