Mali: "Un curé et ses fidèles pourraient être enlevés pour être utilisés comme boucliers humains"

(Photo d'archives) - Une égalise en Afrique

Bamako — " Peut-être le prêtre et les fidèles qui l'accompagnaient ont-ils été capturés, au moins dans un premier temps, pour servir de boucliers humains à un groupe armé poursuivi par l'armée et fuyant vers la frontière avec le Burkina Faso ", des sources de l'Église au Mali indiquent à l'Agence Fides, faisant référence à l'enlèvement, le 21 juin, du père Léon Douyon, curé de Notre-Dame de Lourdes à Ségué, ainsi que du chef de village de SéguéThimothé Somboro, de l'adjoint au maire Pascal Somboro, et de deux autres membres de la communauté, Emmanuel Somboro, catéchiste, et Boutié Tolofoudié.

" Le groupe se rendait de Ségué à San pour prendre part aux funérailles qui se sont déroulées hier, 22 juin, du père Oscar Thera, qui était curé depuis 9 ans à Ségué ", indiquent les sources de Fides. Ils ont été enlevés à une trentaine de kilomètres au nord de Ségué, près de Ouo.

Le village de Ségué, situé sur le plateau Dogon et peuplé en grande partie de catholiques du diocèse de Mopti.

"Nous espérons que des négociations sont en cours pour les libérer" ajoutent les sources. L'enlèvement qui a peut-être commencé, comme on l'a dit, avec la motivation d'utiliser les otages comme boucliers humains pourrait évoluer vers un enlèvement à des fins d'extorsion. Il n'est pas rare que les différents groupes armés opérant au Mali et dans d'autres pays de la bande sahélienne échangent des prisonniers et les fassent ensuite gérer par des organisations spécialisées dans la gestion des enlèvements à des fins d'extorsion, passant souvent d'un État à l'autre.

Juste au Mali, le 8 octobre 2020, le père Luigi Maccalli (de la Société des Missions Africaines, SMA) qui avait été enlevé par des miliciens djihadistes, au Niger à la frontière avec le Burkina Faso, dans la nuit du 17 au 18 septembre 2018, a été libéré.

Enfin, nous rappelons qu'elle est toujours entre les mains des ravisseurs Sœur Cecilia Narváez Argoti, une religieuse colombienne de la Congrégation des Sœurs Franciscaines de Marie Immaculée, qui a été enlevée dans la mission de Karangasso, au sud du Mali, dans la soirée du 7 février 2017.

Plus de: Agenzia Fides

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X