Congo-Kinshasa: Affaire jeeps aux députés nationaux - La population appelée à ne pas se laisser manipuler

Le dossier n'est toujours pas clos. Après la mise au point de l'Assemblée nationale sur l'affaire Jeeps des Députés nationaux, le Professeur Daniel Mbau Sukisa, élu du Mont-Amba, a crevé l'abcès en apportant un peu plus de lumière quant à ce.

Il a fait savoir que ces jeeps ne sont pas une libéralité du Chef de l'Etat aux Députés, mais plutôt un achat à crédit payable mensuellement. Une retenue à la source sur les émoluments des députés sera effectuée jusqu'à total apurement. Dans le même chapitre, il fait un appel à la population de ne pas se laisser manipuler par des déclarations politiciennes.

«En effet, Je suis très admiratif de l'attention que la population porte sur cette question pourtant légitime. Ce qui dénote à mon avis une expression populaire débridée du changement réel dans la nouvelle perception de finances publiques de l'Etat. C'est ce que nous appelons de bonne qualification en Droit constitutionnel, le contrôle populaire et extra-constitutionnel de la gouvernance publique», a fait savoir le Député National Daniel Mbau Sukisa.

D'après cet élu, la problématique de dotation en véhicule est une pratique parlementaire normale au sein des assemblées délibérantes. Ce n'est donc pas une innovation inopportune et spécifique de la législature en cours. Les députés nationaux des anciennes législatures avaient bénéficié des mêmes avantages qui ont d'ailleurs été réédités en 2006 comme en 2011.

Par ailleurs, le Professeur Daniel Mbau lance un appel à la vigilance citoyenne. «Nous demandons justement à la population de ne pas se laisser berner et manipuler par des déclarations politiciennes», a poursuivi le rapporteur de la commission PAJ de l'Assemblée nationale.

Avant de conclure, cet élu du Mont-Amba a signifié expressis verbis, cette dotation des Jeeps à crédit n'est pas une invention du Bureau Mboso mais une pratique courante dans les institutions publiques dont notamment, le Parlement, le gouvernement, les administrations publiques, l'Enseignement supérieure et Universitaire. «Elles sont aussi usuelles en forte intensité dans les institutions privées (Banques, téléphonie mobile) où d'ailleurs il est même admis de crédits -maisons et voire même des crédits bail dont le leasing», conclut-il.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X