Congo-Brazzaville: Marché postal - De bonnes affaires en perspective pour les opérateurs locaux

Les activités postales ont produit, l'an dernier, un chiffre d'affaires de plus d'un milliard FCFA. Si la dynamique observée au premier trimestre de l'année se confirme, d'après le régulateur, le chiffre d'affaires pourra être revu à la hausse.

Le volume des transactions enregistré au début de l'année affiche de bonnes perspectives pour le marché postal congolais. Le revenu total relatif à la fourniture du service postal au premier trimestre s'élève à environ 414,2 millions FCFA, dont 82,67% de la part du marché au seul DHL international.

Dans son récent rapport sur les activités postales, présenté le 22 juin, l'Agence de régulation des postes et des communications électroniques (ARPCE) s'est félicitée de la dynamique du secteur et de ses opérateurs locaux. Le régulateur public a indiqué que les données contenues dans son rapport sont celles réalisées par les opérateurs postaux privés dans le segment du courrier et colis express.

Il faut souligner que la poste, à l'instar d'autres secteurs, a été durement affectée par la crise économique accentuée la pandémie du coronavirus. Le marché postal local riche de ses quinze opérateurs autorisés, parmi lesquels un transporteur interurbain, a subi de plein fouet la baisse des activités dues aux restrictions de voyages imposées par le gouvernement.

« La situation n'a pas été très bonne l'an dernier pour le marché postal en République du Congo. Mais les chiffres que nous venons de présenter augurent de bonnes perspectives », a laissé croire le directeur de la régulation postale, Arnault Frédéric Dicka. Ce dernier a, par ailleurs, reconnu des freins au développement de ce marché qu'il qualifie de « prometteur ».

De nombreux opérateurs se plaignent, en effet, de la montée du marché noir de la poste et les tarifs anti-concurrentiels qu'imposent les acteurs informels. La direction de la régulation postale répond qu'elle ne dispose pas d'assez de moyens pour contrôler l'ensemble du marché. Elle en appelle à la participation des opérateurs légaux dans les échanges d'informations afin de les aider à lutter contre le marché noir.

« Nous disons toujours aux opérateurs que se plaindre, c'est bien, mais mettre à notre disposition des données qui nous permettent de les aider serait la meilleure des choses », a ajouté Arnault Frédéric Dicka. Il est rejoint par le directeur des affaires juridiques, Célestin Endoké, qui considère le secteur postal suffisamment encadré depuis la loi de 2009 en matière des activités des services postaux et l'ouverture du numéro vert (50-50).

Mais les mesures annoncées par le régulateur sont loin de convaincre les opérateurs privés qui réclament davantage de protection et d'encadrer des activités.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X