Afrique: Le GIEC alerte sur les impacts climatiques - le pire est à venir

Les impacts du réchauffement sur la nature et l'humanité vont s'accélérer selon un projet de rapport du Giec, qui précise que ces conséquences seront palpables bien avant 2050.

Le projet de rapport du Giec sur les impacts du réchauffement qui doit être publié en 2022 est clair : la santé de dizaines de millions de personnes sera fragilisée par la malnutrition, les sécheresses et les maladies liées au changement climatique dans les décennies à venir.

Et beaucoup de ces effets sont déjà inévitables à court terme, préviennent les scientifiques du Giec.

La réalité en face

"La santé humaine repose sur trois piliers : la nourriture, l'accès à l'eau et le logement. Or ils sont vulnérables et menacent de s'effondrer," a fait savoir Maria Neira, la directrice du Département de l'environnement, des changements climatiques et de la santé à l'OMS, l'Organisation mondiale de la Santé.

Le projet de rapport de l'Onu sur le climat permet au monde de voir "la réalité en face", a déclaré de son côté Greta Thunberg, la figure de la lutte contre le changement climatique.

"Cela confirme ce que nous savions déjà. Nous savions que la situation est très grave et que nous devons agir dès maintenant, mais je trouve au moins que le projet de rapport du Giec permet de voir la réalité en face. Et beaucoup de personnes sont prêtes à dire les choses telles qu'elles sont, donc je pense que cela... pourrait réveiller les gens," a estimé Greta Thunberg.

Le coût de l'inaction

Le manque d'eau pourrait mettre en péril la riziculture dans 40% des régions productrices, alors que la production mondiale de maïs a déjà chuté de 4% depuis 1981 en raison du changement climatique, celle du mil et du sorgho de 20% et 15% respectivement.

C'est le cas d'ailleurs en ce moment dans beaucoup de pays où le prix des produits céréaliers a connu une forte augmentation.

Jusqu'à 80 millions de personnes supplémentaires seront menacées par la faim d'ici 2050, conséquence en cascade de mauvaises récoltes, d'une baisse de la valeur nutritive de certains produits et d'une envolée des prix.

Les coûts d'adaptation pour l'Afrique devraient augmenter de dizaines de milliards de dollars par an au-delà de +2°C, prédit le rapport. Et il est peu probable que cet argent soit réuni pour faire face aux coûts de l'inaction.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X